BLOODY PANDA

(ETATS UNIS)

SUMMON

(2009)
LABEL:

PROFOUND LORE

GENRE:

DOOM

TAGS:
Chant féminin
""
CHILDERIC THOR (22.08.2011)  
3/5
(0) Avis (0) commentaire(s)
Bloody Panda: derrière ce patronyme bizarre, sinon curieux, est tapi l'un des groupes de sludge-doom américains les plus excitants à suivre car il témoigne d'un refus de rester inféodé aux codes, aux règles du genre auquel il est rattaché. Cette volonté réside moins dans la présence d'une chanteuse, l'Asiatique Yoshiko Ohara, que dans une faculté à transcender un matériau de base que les Américains aiment à enrichir, à pervertir plutôt, par des emprunts à d'autres genres.

Succédant à un Pheromone duquel transperçait déjà cette liberté artistique, quoique d'une manière plus timide, Summon s'arc-boute sur un empilement de strates. La première, celle qui affleure à la surface, est constitué de sédiments propres au sludge : guitares rugueuses, modelés rythmiques lourds comme une chape de plomb baignant dans la mazout, vocalises parfois hurlées. Mais dessous, une seconde couche, basée sur des vibrations drone se veut plus étonnante, tout comme cette particule de sonorités hantés échappées d'un orgue liturgique qui enveloppe la plupart des compos.

Le massif "Gold", et "Miserere" (plus de 20 minutes au jus), sont ainsi des monstres conjuguant pesanteur tectonique et voile plus atmosphérique. La voie de Yoshiko, qui sait alors se faire plus vaporeuse et aérienne, participe de ce climat étrange, presque onirique. Encadrées par une batterie volubile, ces sept pulsations atteignent une puissance organique d'une beauté insoupçonnée. Proche d'un Sunn O))), "Gold" est une porte d'entrée fantomatique, dont les guides sont ce chant désincarné et ces riffs qui grondent plus de 10 minutes durant.

Si le court "Pusher", qu'introduit un mur de guitares, se révèle plus classique, encore que ce son de claviers aux confins du (grand) rock progressif vient parasiter cette impression, le diptyque "Saccades" est un magma bouillonnant et démentiel qui déraille et avance vers une issue avalée par l'obscurité et ce, en dépit des éclairs salvateurs qui surnage par moment. "Miserere" forme l'épicentre de Summon, interminable respiration drone drapé dans des volutes synthétiques et quasi-religieuses. Tragique et crépusculaire est "Grey", bloc de matière brut caressé par le spectre vocale de la jeune femme, cependant que "Hashira" débute dans une explosion de folie frénétique avant de muter en une plainte squelettique d'où suinte une tristesse absolue et qui achève l'album sur une note pour le moins désenchantée, bien qu'admirable.

Etonnant et singulier, Summon est de ces œuvres que l'on ne cesse de visiter, sûr d'y trouver toujours quelque chose qui nous avaient échappé lors des précédentes haltes et Bloody Panda, un groupe promis à un bel avenir...
- Site officiel
GROUPES PROCHES:
-

LISTE DES PISTES:
01. Gold - 10:09
02. Pusher - 05:00
03. Saccades I - 02:04
04. Saccades Ii - 06:13
05. Miserere - 21:08
06. Grey - 05:33
07. Hashira ? - 08:37

FORMATION:
Blake McDowell: Claviers
Bryan Camphire: Basse
Gerry Mak: Chant
Josh Rothenberger: Guitares
Richard Schwartz: Batterie
Yoshiko Ohara: Chant
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
LECTEURS:
2/5 (1 avis)
STAFF:
3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
WARRANT: Dirty Rotten Filthy Stinking Rich (1989)
HARD ROCK -
RUNNING WILD: The Brotherhood (2002)
HEAVY METAL -
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024