STEVE LUKATHER

(ETATS UNIS)

LUKE

(1997)
LABEL:

COLUMBIA

GENRE:

ROCK

TAGS:
Chant éraillé
""
MR.BLUE (01.03.2011)  
2/5
(1) Avis (0) commentaire(s)
C'est en 1997, dans un contexte assez difficile de douleur et de remises en question, que Lukather sort son 3ème album solo. Après sa séparation d'avec sa compagne, la perte de son frère de cœur, l'immense Jeff Porcaro (batteur et complice dans Toto mais aussi sur le superbe album solo précédent "Candyman") et la mise en pause de son groupe Toto, Lukather est dans une drôle de passe. Tout cela se ressent dans cet album très personnel et très justement intitulé "Luke". On y retrouve la peine, l'introspection, la douleur, et aussi une certaine confusion qui donne l'impression de tourner en rond pour aller nulle part (surtout dans la seconde partie de l'album). Loin des effusions Rock de son premier effort, de la musique lumineuse et riche de son groupe de toujours, loin des effusions Jazz/Rock de "Candyman", notre guitariste chanteur déroule une bande musicale aux structures très classiques qui ont bercées sa jeunesse, un Rock standard aux relents parfois Folk, qui favorise le texte plutôt que l'explosion musicale.

Dôté d'un son plus cru, enregistré majoritairement en condition de Live avec Gregg Bissonette à la batterie et Phil Soussan à la basse, cet album vous laissera entendre des sons plutôt rares chez Luke comme de l'harmonica, de la Pedal Steel et du mellotron (sur le lumineux "Tears Of My Own Shame" au gout de café froid). Sur certains titres comme "Tears Of My Own Shame" ou la jolie reprise "Bluebird" au riff éternel qui redore cette fin d'album, le solo est même maintenu intact, avec ses imperfections.

Tout débute plutôt bien avec l'enchaînement de trois titres brillants par leur ligne de chant, leur mélodie de guitare et l'énergie positive qu'ils dégagent. Rock assez direct composé avec "Fee Waybill", "The Real Truth" possède un refrain fort et "Broken Machine", tout en douceur et à la voix un peu trafiquée (encore une surprise), une fois de plus basée sur une belle mélodie de guitare, reste agréable bien que mélancolique. "Love The Things You Hate" sonne très Toto période "Tambu", alors que la ballade "Hate Everything About You" se pare d'ambiances Folk. Délicieux, aux paroles superbes (que Luke a depuis transformées en concert puisque le Wish It Was True en fin de refrain est devenu So Fuck You, comme quoi on finit toujours par se remettre d'une rupture amoureuse), ce titre est sans doute le moment le plus inspiré de l'album.

Après cela, "Luke" se maintient dans le sympathique mais sans grande profondeur. "Don't Hang Me On", plus costaud, pourrait sortir du lot s'il n'était pas si creux. "Always Be There For Me" est une ballade agréable, tout comme "Open Your Heart" sur laquelle figure David Paich, mais il semble toujours manquer quelque chose pour donner à ces titres une aura particulière qui leur permettrait de passer le cap des multiples écoutes. Les idées sont là, souvent bonnes comme des ponts accrocheurs, des chœurs à la Beatles, des sonorités nouvelles mais, toujours sans comprendre pourquoi, ça ne passe pas très bien.

Un album pas mauvais au final mais rendu moyen par la présence de titres qui semblent inaboutis. Il fait en tout cas bien pâle figure entre un "Candyman" brillant et au casting de rêve et "Ever Changing Time" qui sortira plus de dix ans après et qui cette fois fera preuve d'une grande inspiration et d'une richesse incomparable.
- Site officiel
GROUPES PROCHES:
JEFF BECK, TOTO

LISTE DES PISTES:
01. The Real Truth – 05:10
02. Broken Machine - 04:54
03. Tears Of My Own Shame – 05:38
04. Love The Things You Hate - 05:44
05. Hate Everything About U – 05:56
06. Reservations To Live (the Way It Is) – 04:49
07. Don't Hang Me On – 04:40
08. Always Be There For Me – 05:38
09. Open Your Heart – 04:27
10. Bag O'tales – 05:50
11. Bluebird – 06:42

FORMATION:
Greg Bissonette: Batterie
Jim Cox: Hammond organ ; Wurlitzer
John Pierce: Basse
Phill soussan: Basse / Backing Vocals
Steve Lukather: Chant / Guitares / Hammond organ ; Wurlitzer
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
NUNO777
01/03/2011
  0 0  
4/5
Au contraire de Mr Blue je trouve cet album très réussi dans sa globalité. Il est le signe d'un Steve Lukather épuré, aminci et désireux de renouer avec un rock plus brut très inspiré par son maître Jimi Hendrix. Candyman était plus porté sur le rock West-Coast avec beaucoup de très bon titres. Luke est très différent mais il donne à voir une facette de Lukather très attachante et très aboutie.
Note: 8.5/10

Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
3/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
STEVE LUKATHER : NOUVELLE VIDEO
DERNIERE INTERVIEW
DE STEVE LUKATHER 16 NOVEMBRE 2011
C'est à Anvers, à quelques heures de son concert sur la tournée du 'All's Well That Ends Well Tour', que Musicwaves a eu la chance d'interviewer pour la seconde fois Steve Lukather, un guitariste d'exception décidément très bavard...
 
AUTRES CHRONIQUES
EVERGREY: Glorious Collision (2011)
METAL PROGRESSIF -
TALK TALK: Laughing Stock (1991)
POST ROCK -
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT STEVE LUKATHER
STEVE-LUKATHER_Bridges
Bridges (2023)
2/5
2.5/5
THE PRAYERS CLUB / A.O.R.
STEVE-LUKATHER_Transition
Transition (2013)
4/5
-/5
MASCOT LABEL GROUP / ROCK
STEVE-LUKATHER_All-s-Well-That-Ends-Well
All's Well That Ends Well (2010)
4/5
-/5
SCARLET RECORDS / ROCK
STEVE-LUKATHER_Ever-Changing-Times
Ever Changing Times (2008)
4/5
4/5
FRONTIERS RECORDS / A.O.R.
STEVE-LUKATHER_Santamental
Santamental (2003)
5/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024