ARTISTE:

RAMMSTEIN

(ALLEMAGNE)
TITRE:

HERZELEID

(1995)
LABEL:

XIII BIS

GENRE:

METAL INDUSTRIEL

TAGS:
Chant grave, Electro, Growl
"Un premier coup maître à peine terni par un son un peu daté : original et efficace."
NESTOR (16.10.2009)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Difficile à la vue de la pochette de ce premier album des allemands de RAMMSTEIN d’imaginer le style pratiqué par ces derniers. Devant de magnifiques tournesols géants d’un orange délicieux et on ne peut plus kitch, le groupe pose torse nu, les muscles huilés et turgescents. Un rare condensé de communication ambigüe et décalée tant la musique de RAMMSTEIN est aux antipodes de cette imagerie.En effet, Herzeleid (peine de cœur) est à ce jour, probablement l’album le plus violent du groupe.

La musique proposée là, est en effet très brutale et se base sur un Heavy métal axé sur des rythmiques surpuissantes et largement mâtiné de sonorités industrielles et techno. Si l’on peut se risquer à faire quelques parallèles avec ce qu’avaient fait MINISTRY, KMFDM et N.I.N. auparavant, on a toutefois ici un résultat bien plus orienté métal et surtout un mode d’expression bien plus direct et basique. A ce titre, on peut considérer que RAMMSTEIN, avec ce premier disque, a réellement été novateur et surtout à l’origine d’un nouveau style musical au croisement de différents mouvements (à l’époque, je ne vois guère que SENSER à avoir autant exploré la piste Techno).

De fait, si l’efficacité et la puissance semblent être les leitmotivs du groupe, c’est plutôt ce coté « crossover » / « fusion » qui apparait intéressant. Durant la période qui couvre la sortie de ses deux premiers disques, et un peu comme MINISTRY à ses débuts, le groupe a rassemblé des fans venus de tous horizons, Techno, Metal, Industriel, Gothique…, ce, essentiellement grâce à un exceptionnel sens du riff et de la mélodie.

En effet, si le pari de chanter en allemand, de proposer une musique très martiale et violente et d’adopter une imagerie aussi provocante que dérangeante - le groupe est alors coutumier de prestations live durant lesquels le sexe et le feu donnent lieu à des spectacles où l’ambigüité et la provocation sont les moteurs essentiels - semble aussi courageux que suicidaire, les atouts sont heureusement nombreux. A commencer par le chant rauque et grave de Till Lindemann, dont la puissance est renforcée par les sonorités de la langue allemande mais également les guitares tranchantes et robustes qui privilégient les riffs bien bourrins au détriment des très rares soli. « Wollt Ihr Das Bett In Flammen Sehen » (Voulez vous voir le lit en feu ?), « Heirate Mich » (Epouse moi), « Du Riechst Su Gut » (Tu sens si bon), « Asche Zu Asche », « Der Meister » (Le maître), « Das Alte Leid » (Cette vieille douleur), autant de titres dont la structure tourne essentiellement autour de riff de guitares survitaminés et de refrains imparables, le tout agrémenté de petites mélodies émanant des claviers ou des vocaux.

Certains de ces morceaux sont désormais des classiques incontournables du groupe. Il en va ainsi du titre « Rammstein » qui évoque de manière très sibylline un accident survenu lors d’un meeting aérien sur la base militaire américaine de Ramstein, en Allemagne. La chanson rappelle cet accident qui provoqua de nombreux décès de civils et qui fut attribué à l’incurie des organisateurs. Ce titre symbolise le concept du groupe : des paroles réduites à leur plus simple expression et une mélodie répétée à l’envie. Ce n’est peut être donc pas un hasard si le groupe tire son nom de cette chanson (un « M » ayant été ajouté par erreur).

Un seul temps calme vient aérer ce disque, la ballade « Seemann » qui a mi parcours présente RAMMSTEIN sous une autre facette. Ce titre, qui fera quelques années plus tard l’objet d’une très belle reprise par Nina HAGEN et APOCALYPTICA, permet au groupe montrer un peu plus de sensibilité. La basse y est particulièrement mise à l’honneur et Till Lindemann prouve qu’il n’est pas uniquement le beugleur basique qu’il se plait à incarner.

Malgré un son qui manque un peu de modernité, ce premier disque est une franche réussite musicale et présente une formation hyper efficace et puissante. L’album manque peut être encore d’un peu de subtilité et de variété pour pouvoir être considéré comme un disque intemporel mais pour ce qui est de provoquer du headbanging et de servir d’exutoire, on fait difficilement mieux.


Plus d'information sur http://www.rammstein.de/blog/lang/en/





LISTE DES PISTES:
01. Wollt Ihr Das Bett In Flammen Sehen ? - 05:18
02. Der Meister - 04:08
03. Weisses Fleisch - 03:36
04. Asche Zu Asche - 03:51
05. Seemann - 04:48
06. Du Riechst So Gut - 04:49
07. Das Alte Leid - 05:44
08. Heirate Mich - 04:44
09. Herzeleid - 03:41
10. Laichzeit - 04:21
11. Rammstein - 04:25

FORMATION:
Christian Lorenz: Claviers
Christoph Schneider: Batterie
Oliver Riedel: Basse
Paul Landers: Guitares
Richard Kruspe: Guitares
Till Lindemann: Chant
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3.7/5 (6 avis)
STAFF:
3.8/5 (4 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
Sondage de la semaine (MR. BIG, RAMMSTEIN, RUSH, THIN LIZZY...)
 
AUTRES CHRONIQUES
LEAP DAY: Awaking the Muse (2009)
ROCK PROGRESSIF -
MEAN STREAK: Metal Slave (2009)
HEAVY METAL -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT RAMMSTEIN
RAMMSTEIN_Rammstein
Rammstein (2019)
4/5
3.8/5
AUTRE LABEL / METAL INDUSTRIEL
RAMMSTEIN_Liebe-Ist-Für-Alle-Da
Liebe Ist Für Alle Da (2009)
3/5
3.4/5
UNIVERSAL / METAL INDUSTRIEL
RAMMSTEIN_Rosenrot
Rosenrot (2005)
3/5
3.3/5
UNIVERSAL / METAL INDUSTRIEL
RAMMSTEIN_Reise-Reise
Reise Reise (2004)
3/5
4.3/5
MERCURY / METAL INDUSTRIEL
RAMMSTEIN_Mutter
Mutter (2001)
4/5
4.8/5
UNIVERSAL / METAL INDUSTRIEL
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022