METAMORPHOSIS

(SUISSE)

DARK

(2009)
LABEL:

PROGROCK

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Neo, Symphonique
""
PETER HACKETT (26.02.2009)  
4/5
(1) Avis (1) commentaire(s)
Pour ce quatrième album, le multi-instrumentiste helvète Jean-Pierre Schenk n'a fait appel qu'à deux musiciens, Roger Burri et Olivier Guenat qui se partagent les parties de guitare des 8 compositions. JPS a donc écrit, composé, chanté, joué des claviers, frappé les peaux et pianoté sur une basse virtuelle sur la totalité de ce "Dark" dont le nom évoque quelque peu l'ambiance.

Metamorphosis nous avait habitués à un rock progressif, plutôt néo, franchement sympho, avec de longues errances mélodiques portées par les claviers du maitre et de belles envolées de guitare oldfieldo-latimero-gilmouriennes. Ce nouvel opus frappe l'auditeur dès les premières notes de Song for my son qui n'a surement pas été composée pour bercer le sus-cité fils, car l'intro résonne des riffs rageurs d'une guitare saturée. Le chant présente une légère coloration wilsonienne qu'on retrouvera de façon plus marquée par la suite. Cette magnifique pièce de 8'26 est ornée de quelques soli de guitares de la catégorie joyaux qui à eux seuls rendraient incontournable ce titre qui est de toutes façons d'excellente facture.

Le titre suivant nous entraîne vers des contrées plus floydienne dans ses premières minutes alors que sa partie centrale se fait hypnotique grâce à un beat de batterie entêtant. La fin du morceau voit revenir ce chant porcupinien évoqué précédemment. Ce mélange d'influences se retrouve d'ailleurs dans une bonne partie de l'album (Hey man, Knowing all I do is nothing ou Where do we go now ?) donnant un style musical dont l'étiquette complexe serait du genre : néo-ambiant symphonique rock. Les passages les plus forts sont, à mon goût, (excuses moi Jean-Pierre !) les envolées fabuleuses de guitare qui parsèment cet album, telles celle du premier tiers de Where do we go now ? ou celle du final de la douce ballade You (le slow de l'été 2009 !!).

Deux titres sont (un peu !) en marge de l'ensemble, deux titres où la guitare se fait en partie acoustique : le très intimiste Waking up que ne renierait pas un Steve Wilson susurrant, et le très court (3'16) et éponyme Dark. Cette ultime composition parait un peu légère comparée aux épiques précédentes dont la plus courte fait quand même 6'34, et quelle ait donné son nom à l'album n'en est que plus surprenant.

Le Metamorphosis nouveau est donc un peu plus ambiant et musclé que par le passé, mais, pour rassurer les néophiles frileux, je précise que nous sommes bien loin du métal et que les belles mélodies sont toujours présentes et que le symphonisme règne toujours en maître. "Dark" est un de mes premiers coups de coeur de l'année 2009.
- Site officiel

LISTE DES PISTES:
01. Song For My Son - 08:25
02. The Fight Is Over - 07:51
03. Hey Man - 09:56
04. I'm Waking Up - 07:14
05. Knowing All I Do Is Worth Ending - 08:42
06. You - 06:33
07. Where Do We Go - 09:51
08. Dark - 03:16

FORMATION:
Jean-pierre Schenk: Chant / Basse / Claviers / Batterie
Olivier Guenat: Guitares
Roger Burri: Guitares
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
BENOÎT
27/02/2009
525
  0 0  
3/5
En tant que néophile frileux, enfin plutôt symphoniphile revendiqué, je m'attendais à tout sur cet album. Les premiers extraits distillées par le groupe m'avait accroché, même s'ils ne semblaient pas atteindre le niveau de Then Was All Silent. Puis une remarque de Peter sur le forum me fit craindre pour mes oreilles sensibles (quoi qu'un bon Led Zep ou Deep Purple, c'est quelque chose).

En définitive, que nenni dis donc ! Certes Metamorphosis s'est éloigné des rivages précédents et semblent s'être donné pour tâche d'affronter la tempête au large, mais celle-ci n'est pas non plus un ouragan, encore moins un tsunami. A côté de ce Dark, les derniers Porcupine semblent avoir été produits par des motards en colère faisant vrombrir leurs engins.

Ce Dark se laisse écouter sans déplaisir, loin de là, plus nerveux, plus accrocheur, plus "à la mode" selon les récents canons d'un prog à la recherche d'un public plus métalleux certes mais dans la limite d'un savoir faire impeccable. Plutôt que d'imiter, comme beaucoup malheureusement, ceux qui font du bruit et qui savent le faire, Metamorphosis propose sa propre version d'un prog moderne auquel on peut s'attacher.

Haut de page
   
(1) COMMENTAIRE(S)    
 
 
DARKSIDE1999
17/10/2020
 
21
0
Un poil en dessous de Then All Was Silent mais la barre était haute ... alors ne boudons pas notre plaisir
Une excellent album qui confirme que nos suisses sont bien en league des champions du neoprog (il font mieux que leurs équipe de football )
Haut de page
LECTEURS:
3.8/5 (4 avis)
STAFF:
3.8/5 (4 avis)
MA NOTE :
 
 

"Découvrez le nouveau clip de Near Death Experience !"
AUTRES CHRONIQUES
TONY HERNANDO: Actual Events (2009)
GUITAR HERO -
U2: War (1983)
ROCK - Album de la maturité qui a fait décoller la carrière de U2, "War" est une œuvre pop/rock incontournable dont les hits "Sunday Bloody Sunday" et "New Year’s Day" feront le tour de la planète.
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT METAMORPHOSIS
METAMORPHOSIS_I-m-not-a-hero
I'm Not A Hero (2021)
3/5
4/5
PROGRESSIVE PROMOTION / ROCK PROGRESSIF
METAMORPHOSIS_The-Turning-Point
The Turning Point (2016)
4/5
3.3/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
METAMORPHOSIS_Then-All-Was-Silent
Then All Was Silent (2005)
4/5
4.5/5
GALILEO / ROCK PROGRESSIF
METAMORPHOSIS_Nobody-Cares
Nobody Cares (2003)
2/5
4/5
GALILEO / ROCK PROGRESSIF
METAMORPHOSIS_After-All-These-Years
After All These Years (2002)
2/5
4/5
GALILEO / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024