JUNON

(FRANCE)

DRAGGING BODIES TO THE FALL

(2024)
LABEL:

AUTRE LABEL

GENRE:

HARDCORE

TAGS:
Mélancolique
""Dragging Bodies To The Fall" érige un bloc indivisible, peinture d’une (in)humanité rongée par des pulsions mortifères."
CHILDERIC THOR (21.05.2024)  
4/5
(0) Avis (0) commentaire(s)
Petit rappel. General Lee se saborde peu après "Knives Out, Everybody !" (2015) pour devenir Junon. En 2021, "The Shadows Lengthen" scellait ce nouveau départ, EP franchement prometteur dont beaucoup attendaient avec impatience la suite. Là voilà enfin.

Emballé par l’indispensable Francis Caste (qu’on ne présente plus) aux studios Sainte Marthe, "Dragging Bodies To The Fall" se veut, autant l’annoncer de suite, l’album que les admirateurs du groupe espéraient bien le voir enfanter. Pour autant, il serait faux d’affirmer que les Nantais n’ont pas évolué depuis leur premier petit galop d’essai. Alors que celui-ci les voyait sculpter une expression plus post rock qu’à l’époque de General Lee, son successeur se révèle contre toute attente bien plus brutal, réservoir d’une colère aussi poisseuse que désespérée.

Les racines post hardcore font ainsi plus qu’affleurer à la surface de chansons qui grondent d’une noirceur punitive. A leur écoute, on mesure que les gars ne vont pas tellement mieux. Il faut dire que le spectacle offert actuellement par l’humanité ne prête pas à la joie et à l’insouciance. "Dragging Bodies To The Fall" se nourrit de cette apocalypse imminente qui guette nos sociétés. Chant qui râcle, hurle comme si demain ne devait plus exister, guitares rongées par une mélancolie déprimante, rythmique prisonnière d’une gangue de béton, tous les musiciens apparaissent à l’unisson de cette inexorabilité douloureuse.

Espoir et lumière sont totalement éconduits d’un album écrit à l’encre noire. Une forme de beauté n’en est toutefois pas absente, comme l’illustre d’entrée de jeu ‘Segue 1 – The Final Voyage’ mais elle demeure tout du long âpre, coulée dans une dureté minérale. Même un titre tel que ‘Out Of Suffering’ dont les prémices semblent annoncer un souffle (relativement) plus léger, malgré des applats plus post metal, s’enfonce dans une sombre cuve. L’ambiance se montre donc extrêmement pesante, viciée (‘Caught In Hypocrisy Loops’ que cisaille cependant de timides éclairs).

Elle l’est même de plus en plus, à l’image du radical ‘Another Bar To Your Cage’, crachat franchement hardcore. Mais là encore, rien n’est tout noir ni tout blanc car Junon sait toujours aérer son propos, creuser des fentes salvatrices desquelles s’écoulent de pâles lueurs. Au bout de ce chemin douloureux se dresse l’énorme (à tous points de vue) ‘Halo Of Lies’ qui après avoir écumé une terre rude et abrasive mute en une errance fantomatique aux confins de l’ambient avant de mourir dans un fracas supplicié.

Davantage que l’addition de titres épars, "Dragging Bodies To The Fall" érige un bloc indivisible, peinture d’une (in)humanité rongée par des pulsions mortifères. Ce faisant, Junon n’a pas raté à la fois son retour et son premier véritable cri de haine.
- Site officiel
GROUPES PROCHES:
GENERAL LEE

LISTE DES PISTES:
01. Segue 1
02. Caught in Hypocrisy Loops
03. Out Of Suffering
04. The Day You Faded Away
05. Segue 2
06. Dead Ends Lead To Somewhere
07. Another Bar To Your Cage
08. Making Peace With Chaos
09. Halo Of Lies

FORMATION:
Alex Renaux: Guitares
Arnaud Palmowski: Chant
Fabien Zwernemann: Guitares
Florian Urbaniak: Batterie
Martin Catoire: Guitares
Vincent Perdicaro: Basse
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
JUNON: Les détails sur 'The Shadows Lengthen'
 
AUTRES CHRONIQUES
MARCIN PAJAK: In The Space (2024)
ROCK - Passé totalement à côté des radars, Marcin Pajak mérite d'être sérieusement pris en considération aux côtés des habitués de la scène polonaise, les 64 minutes de "In the Space" signant avec brio son arrivée au sein de celle-ci.
BLUE OYSTER CULT: Ghost Stories (2024)
HARD ROCK - Blue Öyster Cult nous livre avec "Ghost Stories" son testament, un recueil de douze chansons couvrant une période entre 1978 et 2016, parfaite porte d'entrée pour redécouvrir un groupe pas comme les autres qui a marqué le monde de la musique.
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT JUNON
JUNON_The-Shadows-Lengthen
The Shadows Lengthen (2021)
3/5
-/5
AUTRE LABEL / HARDCORE
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024