ARTISTE:

ESTHESIS

(FRANCE)
TITRE:

WATCHING WORLDS COLLIDE

(2022)
LABEL:

AUTRE LABEL

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

/ ROCK ALTERNATIF
TAGS:
Fusion, Instrumental, Jazzy, Technique
"Avec "Watching Worlds Collide" aux ambiances jazz, soul et rock progressif et alternatif, Esthesis affirme sa personnalité et sort probablement l'un des meilleurs albums de cette année."
CALGEPO (16.09.2022)  
5/5
(1) Avis des lecteurs (5) commentaire(s)

En politique, les promesses souvent n’engagent que ceux qui les croient. Qu’en est-il en musique ? Lorsqu’Aurélien Goude d'Esthesis nous confiait dans son interview à l’occasion de la sortie de "The Awakening" que le prochain album allait être différent, beaucoup s’interrogeaient sur la réalité d'un tel choix annoncé. Le premier album s’était drapé d’une musique ambient progressive qui sied tout à fait à l’œuvre conceptuelle du groupe se nourrissant de cinéma et créatrice d’atmosphères. Cet aspect mettait en avant des moments éthérés avec l’utilisation de longues plages contemplatives voire introspectives, parfois plus nerveuses afin de susciter images et émotions. Alors est-ce que la sortie de "Watching Worlds Collide" va confirmer cet engagement ?

Esthesis, à l'ancienne, a su garder le suspens quasiment jusqu’à la date de sortie de l’album en ne dévoilant qu'un seul titre, 'Place Your Bets', dont le nom est une invitation à miser sur le groupe pour les amateurs. Les paris étaient donc ouverts sur cette future direction. Ce morceau levait en partie le voile sur les styles que le leader du groupe avait en tête pour cette suite. Tout en conservant sa base, sans concession, de prendre le temps d’installer des ambiances, Esthesis ajoute plus de contrastes en s’ouvrant à des horizons plus développés, en s’aventurant dans le jazz et la soul grâce à des lignes de basse, une guitare et une batterie qui ne manquent pas de groove. L’apport d’Arnaud, le nouveau batteur, contribue grandement à cette évolution.

Le nouvel album gagne ainsi en intensité là où le précédent pouvait être considéré comme un exercice de style totalement assumé. En s’émancipant de ses influences qui paraissent ici moins flagrantes ou mieux digérées selon les avis, Esthesis peaufine sa signature musicale. S’il ne s’éloigne pas tout à fait de cet ambient bien présent sur ‘57th Street’, sorte de bande originale d’un vieux polar ou qui pourrait illustrer un roman de James Ellroy, l’ajout dans l'ensemble de nouvelle sonorités telles que les cuivres (présents sur cinq titres de l'album dont le jazzy 'Amber'), le violon (sur la ballade touchante 'Skimming Stones'), le banjo ('Wandering Cloud'), l'harmonica ('Through My Lens') et le piano lui confère un aspect plus chaleureux.

Suite logique du précédent album dans cette recherche thématique reposant sur la quête d’identité et le rapport aux autres, "Watching Worlds Collide" a le goût d'une bande originale d’un film noir. Il est question de dualité qui traduit musicalement les rapports de forces, avec ce sentiment de les entrevoir sous le prisme d’un regard féminin.  Les interventions de Mathilde Collet au chant renforcent cette impression (‘Amber’, ‘Place Your Bets’, ‘Wandering Cloud’ et ‘57th Street’). Un soin tout particulier apporté aux arrangements accentue le sentiment d'équilibre et souligne le travail monstrueux à la basse (le sublime instrumental 'Vertigo' qui représente le 'The Dance Of Eternity' d'Esthesis), ainsi qu'à la guitare avec des soli bien sentis ('Through My Lens'). A ce titre Aurélien prend confiance en sa qualité d'interprète, les effets étant moins présents sur ce nouveau disque, et se distingue en modernisant ses sons de claviers.

En tenant ses promesses, Aurélien ferait un mauvais politicien mais au contraire un excellent compositeur et musicien à l'image des autres membres du groupe. Évitons l'écueil de souligner la maturité coutumière d'un second album : le projet était déjà mature depuis son origine. Esthesis affirme ainsi sa personnalité et surtout son potentiel protéiforme, en attendant un troisième album qui sera une nouvelle fois différent.


Plus d'information sur https://www.esthesismusic.com/





LISTE DES PISTES:
01. Amber
02. Place Your Bets
03. Skimming Stones
04. Wandering Cloud
05. Vertigo
06. 57th Street
07. Through My Lens

FORMATION:
Arnaud Nicolau: Batterie
Aurélien Goude: Chant / Claviers
Baptiste Desmares: Guitares
Marc Anguill: Basse
Axel Foucan: Invité / Trombone
Maceo Le Fournis: Invité / Tenor Saxophone
Mathieu Vilbert: Invité / Violon
Mathilde Collet: Chant / Invité / Backing Vocals
Vincent Blanot: Invité / Banjo, Percussions
Yannis Beugré: Invité / Trompette
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
TONYB
21/09/2022
  0 1  
5/5
C'est sombre, très sombre et les illustrations magnifiques du livret vont en ce sens. C'est magnifiquement composé, c'est envoûtant (argh, cette 57th Street et ses choeurs), ça ressemble à du Steven Wilson tout en ayant une identité propre et, cerise sur le gâteau, le mix se rappelle que nous autres, pauvres humains, avons non pas juste un cortex central mais bien DEUX oreilles pouvant écouter chacune des éléments différents ou a minima pas de manière synchrone permanente.
Bref, après le remarqué et remarquable "The Awakening", ce "Watching Worlds Collide" enfonce le clou en évitant la redite, emmenant l'auditeur vers de nouveaux rivages pour un voyage magnifique, à la fois introspectif et intense.
On en redemande.

Haut de page
   
(5) COMMENTAIRE(S)    
 
 
SPIRIT OF SUMMER
16/09/2022
 
69
0
@mds49
D’accord avec ta remarque concernant Bowie, je me faisais également cette réflexion, les discographies des deux artistes ayant le point commun d’explorer énormément de styles radicalement différents (la différence étant que globalement Bowie a donné dans un format (entendez structures et durées des morceaux) plus standard, que ce soit dans la pop, le glam, la soul, le funk, et j’en passe, tandis que l’œuvre de Wilson est quand même très orientée prog). On pourrait effectivement voir en SW l’héritier moderne du Thin White Duke, de par leur éclectisme, leur refus d’être cantonné à un style propre et de stagner et leur innovation constante.

Concernant l’album d’Esthesis, je me dépêche de l’écouter !
NEWF
16/09/2022
  1
Ma remarque portait sur la digestion des influences, et non sur les influences en elles-mêmes (tous les musiciens en ont forcément).
MW soutient les talents français toute l'année, il n'y a pas débat à ce sujet. Ce qui n'empêche pas que chaque chroniqueur ait son avis (et heureusement). La pensée unique serait la mort du site.
Quant aux influences jazz de Steven Wilson, réécoutez "Grace For Drowning".
MDS49
16/09/2022
 
4
1
Bien d'accord et c'est oublier aussi que Wilson lui même est très influencé par Bowie tant dans l'imagerie que la démarche eclectique là encore, Radiohead et Tears For Fears en dehors du domaine du rock progressif... les mêmes influences qui inspirent également Esthesis il me semble. Et Steven Wilson a été très comparé à Pink Floyd et Radiohead jusqu'à Lightbulb Sun... Soutenons nos talents français !
TONYB
16/09/2022
  0
Il est clair qu'Aurélien marche dans les pas de Steven Wilson,. Même démarche, même éclectisme tout en soulignant que musicalement, on commence à voir quelques différences (pas souvenir que Wilson soit allé jusqu'à présent du côté du jazz). Et alors ? Quand la musique est bonne ... Et on ne peut que souhaiter à Aurélien le même destin que SW non ?
NEWF
16/09/2022
  0
Désolé Calgepo, mais pour une fois, je ne suis pas d'accord avec toi, notamment sur l'aspect "digestion des influences". Certes l'album est agréable, mais il est tellement influencé par Steven Wilson que ça en devient presque énervant. Le clip de 'Skimming Stones' en est la plus belle preuve.
Haut de page
LECTEURS:
5/5 (6 avis)
STAFF:
4/5 (4 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
ESTHESIS ; SORTIE DE "WATCHING WORLDS COLLIDE"
DERNIER ARTICLE
ESTHESIS + BERLIN HEART - PENICHE ANTIPODE (PARIS) - 06 SEPTEMBRE 2022
Berlin Heart et Esthesis s'installent à Paris pour un concert qui a tenu toutes ses promesses.
DERNIERE INTERVIEW
ESTHESIS (05 SEPTEMBRE 2022)
A la veille du concert parisien d'Esthesis pour soutenir "Watching Worlds Collide", dans le cadre d'une tournée les ayant conduits aux Pays-Bas, Music Waves part une nouvelle fois à la rencontre d'Aurélien Goude.
 
AUTRES CHRONIQUES
SHINEDOWN: Planet Zero (2022)
METAL ALTERNATIF - Moins efficace que son précédent opus, "Planet Zero" ne décevra sans doute pas les fans de Shinedown mais n'est pas l'album référence que l'on pouvait attendre d'un groupe aussi talentueux.
KONVENT: Call Down The Sun (2022)
DEATH METAL - 100% féminin, Konvent accouche d'un "Call Down The Sun" sinistre et effrayant, robuste mausolée au fond duquel s'accouplent le death doom le plus autoritaire et le black le plus négatif.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT ESTHESIS
ESTHESIS_The-Awakening
The Awakening (2020)
4/5
4.7/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
ESTHESIS_Raising-Hands
Raising Hands (2019)
4/5
4.8/5
AUTRE LABEL / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022