ARTISTE:

IRON MAIDEN

(ROYAUME UNI)
TITRE:

SENJUTSU

(2021)
LABEL:

WARNER

GENRE:

HEAVY METAL

TAGS:
Chant aigu, Epique, Mélancolique, Technique
"Avec "Senjutsu", Iron Maiden garde sa ligne de conduite de ces dernières années avec un heavy metal teinté de progressif qui fait la part belle à de longs passages instrumentaux pour un résultat remarquable."
NOISE (03.09.2021)  
5/5
(3) Avis des lecteurs (6) commentaire(s)

Il aura fallu cinq années de patience pour retrouver Iron Maiden. La tournée Legacy s’est étirée et la pandémie est passée par là. Dix-septième album de la légende britannique, "Senjutsu" a été conçu à Paris avec Kevin Shirley en 2019 puis est resté enfermé deux ans dans le coffre-fort de Steve Harris. Hommage au Japon, le disque est dans la lignée de son prédécesseur avec une pochette épurée présentant un Eddie en tenue de samouraï.

"Senjutsu" est dense mais parfaitement agencé avec une coupure intelligente en deux disques. Dès l’entame, l’auditeur est entraîné dans une histoire cinématographique, épique et mélancolique. Bruce Dickinson se fait théâtral et à ses côtés le trio de guitaristes montre une totale symbiose avec des soli remarquables, Dave Murray déroulant toute sa classe tandis qu’Adrian Smith épate de son touché avec en parallèle une belle ligne de clavier. Porté par une mélodie folk et blues, ‘Writing On The Wall’ transporte l’auditeur avec le même côté conté sur un refrain de haute volée. Le trio balance riffs et soli dans un tourbillon heavy. Avec ‘Time Machine’, Iron Maiden se fait progressif, mélancolique et aérien. Porté par un refrain qui colle le frisson, le titre s’envole vers les sommets avec un Gers au meilleur de sa forme sur un solo dans l’esprit de ce qu’il proposait sur ‘Dreams Of Mirrors’.

En signant la trilogie finale, Steve Harris comble les amateurs de titres épiques dotés de longues parties instrumentales. ‘Death Of The Celts’ est la petite sœur de ‘Blood Brothers’ et ‘The Clansman’. Portée par une longue intro acoustique avec basse en avant elle est une merveille celtique qui donne envie de lever le poing. ‘The Parchment’ retrouve les tons de ‘The Nomad’ avec un côté oriental. Le titre bluffe par sa force mélodique. Il est essentiellement calme, le tout porté par un Bruce au sommet de son art en symbiose avec la musique. ‘Hell On Earth’ est typique du style Harris de ces dernières années. Débutant en acoustique pas loin de l’esprit de "The X Factor" il se fait ensuite galopant avec des soli heavy et aériens, le tout porté par un Bruce en mode conteur. ‘Stratego’ et ‘Days Of Future Past’ aèrent le disque et Smith et Dickinson signent avec ‘Darkest Hour’ un titre à part teinté de néo-classique.

Bien sûr, certains regretteront l’époque plus speed d’Iron Maiden. Mais on ne peut que s’incliner devant le talent du sextet pour un heavy progressif, mélodique et grandiloquent. Avec "Senjutsu", le groupe confirme une classe et une longévité insolentes le plaçant plus que jamais au sommet de la planète heavy metal.


Plus d'information sur http://www.ironmaiden.com/





LISTE DES PISTES:
01. Senjutsu - 8:20
02. Stratego - 4:59
03. The Writing On The Wall - 6:13
04. Lost In A Lost World - 9:31
05. Days Of Future Past - 4:03
06. The Time Machine - 7:09
07. Darkest Hour - 7:20
08. Death Of The Celts - 10:20
09. The Parchment - 12:39
10. Hell On Earth - 11:19

FORMATION:
Adrian Smith: Guitares
Bruce Dickinson: Chant
Dave Murray: Guitares
Janick Gers: Guitares
Nicko McBrain: Batterie
Steve Harris: Basse
   
(3) AVIS DES LECTEURS    
THE KNIFE
19/09/2021
18
  0 0  
3/5
IROM MAIDEN une histoire qui se répète à l'infini ! Avec cet album (tant) attendu le groupe de NWOBHM, qui n'en fait plus depuis longtemps, nous gâte d'un nouvel effort qui ressemble bien trop au précédent et ce dernier à son prédécesseur même s'il faut bien l'avouer avec Senjutsu la Vierge de Fer montre quelques sursauts bien sentis de son illustre passé, Stratego en tête, Days Of Futur Past, Darkest Hour, plus lent, et bien sur The Time Machine. Certains titres à rallonge ne sont pas en reste non plus (The Parchment et peut-être d'autres après maintes écoutes ... si la magie opère ) mais il ressort inexorablement tout d'abord un sentiment de déjà-vu, déjà entendu.

On finit par se dire que les gars d'Iron Maiden sont les rois du copier-coller (de leurs anciens albums) alors qu'on a envie d'y croire en même temps et de les voir se sortir les doigts du cul pour aller défourailler des décibels heavy metal mélodiques comme à la belle époque. Oui mais voilà le groupe vieillit, ralentit le tempo et se met a faire depuis deux décennies (trop) de titres progressifs (hic !). Dans son approche le single Writing On The Wall semble vouloir se détacher de tout ça et marque une légère originalité bien vue. Les musiciens sont tous impeccables et Bruce, s'il n'a plus sa puissance vocale d'antant, fait plaisir à entendre ainsi que les cavalcades rythmiques du trio de guitaristes qui s'amusent avec de sympathiques solos avec pour soutien la rythmique sans faille de la paire Mcbrain et Harris. Reste que la production est bien trop faiblarde et brouillone, elle desserre trop un groupe de la trempe de Maiden ce qui n'arrange rien à l'affaire. En définitive IRON fait ce qu'il sait faire, ni pire ni mieux, du MAIDEN ! Senjutsu s'il est loin de l'atteindre se rapproche d'un Brave New World...On ne pouvait y croire à la première écoute ! Tout ça étant dit je tiens à tirer mon chapeau à la longévité de ce groupe qui nous accompagne depuis plus de 40 ans et qui continue à nous sortir de bons albums !

THIBAUTK
07/09/2021
  0 2  
2/5
Franchement c'est bien mauvais tout ça.

Des titres qui se suivent et qui se ressemblent; des chansons vraiment nulles et indignes de maiden : 'The Writing on the Wall' très classique, peu entraînant, avec un pseudo message politico-écolo et un rectitude qui ferait pâlir AC/DC ; des riffs peu inspirés et repompés dans leur discographie ('Stratego' qui copie 'The Ancient Mariner') ; les même phares mélodiques à la guitare: on monte une tierce (mineure la plupart du temps), puis on la redescend, ou l'inverse ; cette manière de ne jamais jouer modal et de toujours baser les solo sur la gamme majeure et de cacher une pauvreté harmonique (parfois mélodique) sous 20 notes à la seconde (mais 20 notes sur une même cordes) et très peu de variété de jeu; cette prétention à vouloir faire du prog sans en maîtriser les codes ou au moins les bases harmoniques: il ne suffit pas d'étirer un morceau pour en faire du morceau prog; et finalement les morceaux qui sont peu ou prou sur le même tempo.

Merci quand même à Bruce qui est encore et toujours d'une grande classe, c'est lui qui sauve le navire comme sur Dance Of Death ou Fear of The Dark. Nicko fait un superbe bouleau également...

Pour moi il manque un titre phare, un tube qui pourra être joué en live dans dix ans et pas seulement de petites chansonnettes sympathiques et agréable à écouter d'une oreille distraite.

DARWINWILD
04/09/2021
35
  0 0  
4/5
Je ne vous présenterais pas ici le plus grand groupe de heavy metal de tout les temps qui n'est autre qu'Iron Maiden.
Ce groupe a marqué de son empreinte l'histoire du metal avec "the number of the beast" encré dans un heavy pure mais désireux d'évoluer ils amèneront plus de complexités et de richesse dans leur musique en mélangeant de manière plus assumée un heavy old school avec des influences porgressives ce qui se verra sur l'album "powerslave" avec la longue fresque "rime of the ancient mariner" puis avec l'album "seventh son of a seventh son" par exemple.

Dans celui-là l'équilibre entre heavy et prog était très bien respecté avec de longs morceaux épiques couplés à des morceaux plus efficaces plus taillés pour la scène et qui resteront des classiques du groupe en live. Après le départ de Bruce Dickinson parti pour tenter quelque chose en solo ne se retrouvant plus complètement dans la musique de Maiden à cette époque ils continuèrent malgré tout en prenant le décrié Blaze Bayley pour le remplacer. Et c'est à partir de l'album qui lance cette nouvelle période "the x factor" que le style et format actuel de Maiden a commencé à se façonner avec des morceaux s'étirant en longueur et avec pas mal de passages répétitifs; le tout couplé à quelques titres plus classiques et up tempo taillés pour une sortie en single.

Cet album a de quoi décontenancer les fans ayant pleurés le départ de Bruce mais moi au contraire je le trouve génial. Après un deuxième album avec leur nouveau chanteur il fut remplacé après la fin de la tournée et c'est à ce moment-là qu'intervient le grand retour gagnant de Bruce Dickinson ainsi que d'Adrian Smith lui aussi parti quelques années avant.

Sort donc le culte et très réussi "brave new world" qui lance avec brio la nouvelle ère du groupe qui s'ensuivra de deux bons albums jusqu'à ce qu'arrive les deux derniers en date "final frontier" et "theh book of souls" qui pour ma part m'ont littéralement déçu dans l'ensemble excepté deux titres qui sont "the man of sorrows" et "empire of the clouds".

C'est donc rempli de scepticisme que j'attends ce nouvel album annoncé depuis quelques mois qui n'est autre que le fraichement arrivé "senjutsu" avec sa pochette sobre qui n'est pas sans rappelé le Eddie au sabre du Maiden Japan. On reste sur un style épurée avec un fond noir comme l'album précédent avec juste un Eddie en armure de samurai. Au mois de juillet sort le premier titre "the writing on the wall" et là ce fut une surprise de découvrir Maiden sur un titre pas vraiment Maidenesque mais qui après plusieurs écoute se révèle être un morceau vraiment bon avec probablement l'un des plus beau solo d'Adrian Smith sur album de toute sa carrière avec Maiden.

L'intro ambient qui lance le morceau est cool et immersif et dès que la rythmique rentre avec un Nicko McBrain qui joue et sonne à la perfection et un Steve Harris percussif on est pris dedans et on se prend une grosse claque. quelques semaines plus tard sort le single de l'album "stratego" et là on a un truc certes très cool mais assez classique , dans la lignée d'un "the wicker man" par exemple. Pour ce qui est du reste de l'album il fallut attendre le 3 septembre pour pouvoir s'en faire une véritable idée.

Les points forts de l'album sont la production qui est à la fois assez moderne mais sonnant un peu old school ce qui n'est pas du tout pour me déplaire couplé au faite qu'il y a une grande cohérence entre les titres malgré une variété de style, de tempos et d'influences.
On démarre avec "senjutsu" qui est un mid-tempo vachement cool avec une construction un peu pointue, des riffs efficaces, un bon solo et aussi un bon refrain le tout sur une rythmique vraiment cool.

S'en suivent les deux morceaux évoqués précédemment juste avant de trouver le premier morceau long du disque qui n'est autre que "lost in a lost world" premier titre exclusivement signé Steve Harris qui lui n'est pas exempt de défaut; il y a de bons passages mais malheureusement noyés dans trop de longueurs inutiles et de plans répétitifs. C'est ce qui m'avait vraiment le plus gêné sur le précédent album et malheureusement ce n'est pas le seul titre de cet album qui souffrira de ce problème mais on en reparlera plus tard.

Vient ensuite "days of future past" dont je ferai à peut près les mêmes remarques que pour "stratego", un titre simple et efficace complètement taillé pour la scène donc je vais enchainé sur le suivant. Arrive l'un des morceaux les plus faible de l'album qui est "the time machine"; c'est un mid-tempo qui reste un peu trop linéaire et sans passages vraiment marquants mis à part quelques petits passages par-ci par-là.
Après le premier disque on débute le second disque avec "the darkest hour" qui pour moi est le meilleur morceau de l'album, nous ramenant un peu à l'époque de "a matter of life and death" un album que je trouve génial.

Tout dans ce moment est génial du riffing au solo en passant par les ambiances ou encore le refrain. Viennent ensuite les trois fresques de plus de 10 minutes qui clôturent l'album et toutes signées Steve Harris. Le premier "death of the celts" n'est pas sans nous rappeler "the clansman" et ce pour notre plus grand bonheur mais la comparaissant s'arrête quasiment là car même si la rythmique et cool et que dans l'ensemble le morceau est bon il manque ce petit truc qui faisait que "the clansman" était vraiment génial avec son célèbre "freedom!". Je donnerai quand même un bon point pour ce titre qui fait du bien et qui lance fort bien ces trois fresques finales.

Mais l'euphorie n'est que de courte de durée car "the parchment" vient malheureusement plomber l'ambiance et nous ramener dans les mauvais penchant insipides, répétitifs et chiant du précédent album. C'est pas compliqué c'est tout simplement je pense le morceau le plus faible de l'album qui n'a d'intéressent que quelques petits passages solo au milieu et encore. Mais on pardonnera à cet album cet écart puisqu'il finira en beauté avec le magnifique "hell on earth" qui loin des chefs-d'œuvre d'antan est tout de même un morceau magnifique et très bien pour conclure cet album.

On démarre sur une intro acoustique proche de celles de "the x factor" par exemple avant que la cavalerie ne lâche les chiens avec un riff méga cool pour introduire une salve de chant vraiment entrainante et prenante.
Vient ensuite des plans instrumentaux avec solo et divers changements qui amène du contraste et beaucoup de dynamique à ce morceau en plus de rajouter au coté épique que ça procure.

Pour conclure je dirais donc que malgré mon scepticisme de départ je ne repars pas du tout déçu de cet album. Il contient nombre de titre de qualité comme "senjutsu", "the writing on the wall", "the darkest hour" ou "hell on earth" par exemple mais aussi quelques titres plus dispensables voir même de trop comme "the parchment". Je dirais à ceux qui voudraient l'écouter que si vous êtes plutôt fan de la période 80 du groupe, passez votre chemin car cet album vous laissera probablement un peu sur votre faim car manquant de speed et de cavalerie; mais si vos êtes fan aussi du virage musical pris depuis "the x factor" et dans les années 2000 alors allez y les yeux fermés cet album est fait pour vous et ne vous décevra pas.
Malgré tout en décortiquant les titres de l'album on a cette cruelle impression de redite et d'un manque de renouvellement; la sensation qu'ils se doivent d'aller repuiser l'inspiration dans leurs précédents albums pour pouvoir rester créatifs et ne proposent plus vraiment grand chose de nouveau mis à part "the writing on the wall". Certes les morceaux sont cool et plus intéressants que sur les deux derniers albums je pense quand même qu'ils ont fait le tour de la question niveau musique et qu'ils ont probablement tout dit.

On a donc ici une très belle synthèse de ces 25 dernières années qui sonne un peu comme un chant du cygne car après ça quoi faire? ce qui me laisse à penser que "senjutsu" sera peut-être leur dernier album ou pas... affaire à suivre.

Haut de page
   
(6) COMMENTAIRE(S)    
 
 
LINEER4
20/09/2021
 
41
0
Iron Maiden nous fait du Iron Maiden!!!! Du bon Heavy Metal Progressif comme on l'aime. Rien à redire à part que le légendaire groupe britannique nous offre une nouvelle fois une petite merveille.
Chapeau quand même pour sortir des pépites pareilles après près de 40 ans de longévité!!!
TORPEDO
10/09/2021
  0
Jamais réussi à accrocher à Maiden qu'elles que soient les périodes. Ce groupe m'a toujours fait penser à certains journalistes qui impressionnent par leur style d'écriture, voire de politiciens qui parlent excessivement bien. C'est grandiloquent, ça impressionne mais in fine on n'en retient pas grand chose. Le propos est dilué dans la masse d'informations.
BLACK COMEDON
10/09/2021
 
55
0
C'est un bon album c'est certain, mais je ne suis pas aussi enthousiaste que vous. Le qualificatif qui me vient au bout de chaque écoute c'est poussif. Y a de bonnes idées mais elles sont répétées à outrance. Le côté prog que j'avais adoré sur A matter of life and death, est devenu un gimmick c'est dommage. Enfin ça manque de changement de rythme, beaucoup trop de Mid Tempo.
A réécouter en prenant le recul, mais en 2021, après avoir passé 2 semaines à écouter en boucle Colors II de BTBAM, qui n'est pas du Heavy c'est vrai mais qui est tellement prog, et en comparaisons avec le reste de la disco il m'est difficile de lui donner une meilleure note que les classiques.
KINGEDDIE
05/09/2021
 
73
1
Assez d'accord avec la critique de Noise : il y a du Brave New World dans ce Senjutsu c'est ce qui m'a réconcilié avec la vierge de fer, alors que je m'étais endormi entre deux chapitres du Book of Souls ! Pour faire court : sur le CD 1 je garde The Writing on the wall, le reste est oubliable et hormis le longuet Hell on Earth ,les titres du CD 2 risquent de devenir des standards du groupe, ce qui module un peu ma note... sont pas foutus les vieux !!!
NEWF
03/09/2021
  0
Quel groupe quand même. Etre capable de composer des albums de cette trempe après 40 ans de carrière, franchement chapeau.
Bon, bien sûr, on notera quelques facilités, des moments un peu mois inspirés voire parfois carrément en roue libre (‘Days Of The Future Past’), un Janick Gers qui, comme souvent, improvise la plupart de ses solos (quelle feignasse celui-ci) et certaines compos qui tournent un peu à vide (‘Lost In A Lost World’) malgré la paire Murray/Smith toujours au top.
Il n’empêche que, pour les amateurs du Maiden le plus prog, « Senjutsu » reste un excellent album rempli de bonnes choses (‘The Parchment’, quel morceau)... qui ne mérite toutefois pas la note maximale d’après moi. Pour les raisons évoquées plus haut et pour une production quand même très old school.
Haut de page
LECTEURS:
4.4/5 (9 avis)
STAFF:
4/5 (8 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
IRON MAIDEN : Nouveau morceau
DERNIER ARTICLE
IRON MAIDEN - BERCY (PARIS) - 5 JUIN 2013
2 ans jour pour jour, après leur passage à Bercy en 2011, la machine de guerre Iron Maiden, célébrait hier soir à nouveau sa grande messe et dans la même salle.
DERNIERE INTERVIEW
IRON MAIDEN ET MUSIC WAVES PRESENTENT "THE BOOK OF SOULS"....
Le 25 août dernier, Music Waves a eu le privilège d’être convié à l’écoute très privée du très attendu "The Book of Souls".
 
AUTRES CHRONIQUES
JINJER: Wallflowers (2021)
METAL PROGRESSIF - Fer de lance d’un groove-metal décomplexé et ravageur, Jinjer sort l’artillerie lourde pour son nouvel album "Wallflowers".
THE STRANGLERS: Dark Matters (2021)
ROCK - Marqué par la présence d'outre-tombe de son claviériste iconique, le nouvel album des Stranglers nous invite à parcourir un univers sombre qui n'est pourtant pas dédaigné par la lumière.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT IRON MAIDEN
IRON-MAIDEN_The-Book-Of-Souls
The Book Of Souls (2015)
5/5
3.9/5
WARNER / HEAVY METAL
IRON-MAIDEN_Maiden-England-88
Maiden England' 88 (2013)
4/5
4.3/5
EMI / HEAVY METAL
IRON-MAIDEN_En-Vivo
En Vivo! (2012)
4/5
4.5/5
EMI / HEAVY METAL
IRON-MAIDEN_The-Final-Frontier
The Final Frontier (2010)
4/5
3.5/5
EMI / HEAVY METAL
IRON-MAIDEN_Flight-666
Flight 666 (2009)
4/5
4/5
EMI / HEAVY METAL
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021