ARTISTE:

THE DEAR HUNTER

(ETATS UNIS)
TITRE:

ACT V: HYMNS WITH THE DEVIL IN CONFESSIONAL

(2016)
LABEL:

AUTRE LABEL

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Concept-album, Epique, Symphonique, Technique
"Un "Act V" à la hauteur de son prédécesseur : The Dear Hunter livre pierre après pierre une œuvre monumentale, enthousiasmante et à la signature très particulière. À ne manquer sous aucun prétexte !"
ABADDON (30.12.2016)  
5/5
(2) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Pour la plupart d'entre nous, le nom de Casey Crescenzo n'évoque (à tort) pas grand'chose. Approché en 2004 par le groupe de Boston The Receiving End of Sirens à la suite du départ de leur chanteur en 2004, il intègre le groupe, participe à deux albums et écrit une démo qu'il enregistre en une dizaine d'exemplaires. Ce qui n'était au départ qu'un side-project prend le nom de Dear Hunter

L'histoire du Dear Hunter (vie et mort d'un jeune homme à l'aube du XXè siècle) a été suspendue pendant six années, mises à profit par Casey pour développer un second concept ("The Colour Spectrum", 9 albums) et un "non concept-album" ( "The Migrant", 2013). En 2015, le combo groupé autour de son auteur-compositeur-multi-instrumentiste (chant, claviers, basse, guitare) fait paraître l'Acte IV, suivi en 2016 d'un Acte V "Hymns With The Devil In Confessionnal" enregistré dans la foulée.

Les deux albums sont donc presque jumeaux : sans surprise nous retrouvons les mêmes ambiances symphoniques composées avec un soin extrême et très finement orchestrées. Si pour certains, le terme "symphonisme" est synonyme d'ennui ou de maniérisme, l'entame de cet Acte V va rapidement et pleinement les rassurer : l'enchaînement du magnifique thème vocal de 'Regress' et du superbement lyrique 'The Moon/Awake' crucifie l'auditeur, l'emportant comme dans une fusée à plusieurs étages, direction le pays des frissons. Mais comme l'atteste la fin très décalée de cette doublette, Casey ne commet pas l'erreur de se cantonner au seul style prog symphonique, mais se permet de nous faire visiter plusieurs paysages et plusieurs époques.

Revisitant les années 50 ('The Most Cursed of Hands / Who Am I', commencé très southern country), 60 ('Mr Usher On His Way To Town', impeccable dans son style jazzy avec chœurs de p'tites pépées), 70 ('Light', qu'auraient pu signer Simon & Garfunkel), tutoyant parfois le musical ('The Haves Have Naught'), The Dear Hunter navigue avec une dérisoire facilité dans les styles, sans jamais perdre de vue un côté mélodique très accrocheur ('Melpomene', jolie respiration). 

L'opus ne propose pas de soli flamboyants ni de développements à rallonge, mais brille par sa cohérence et son sens du récit, éléments renforcés par des transitions particulièrement soignées, souvent orchestrales, et qui sont des pièces musicales à elles seules. Il faut à ce propos souligner l'importance du Awesöme Orchestra, véritable sixième membre du groupe, qui apporte une coloration toute particulière à l'univers de The Dear Hunter, coloration appuyée par un remarquable travail choral donnant une profondeur rare à l'ensemble. Au micro, Casey Crescenzo livre une partition digne d'éloges : sans avoir un timbre singulier ni une étendue vocale époustouflante, il fait preuve d'une justesse d'interprétation extrêmement sincère et attachante, variant les styles, du doux au canaille - il y a même du Vincent Furnier dans 'The Haves Have Naught' !

Cet "Act V" confirme donc avec éclat tout le talent de Casey Crescenzo pour nous livrer une œuvre enthousiasmante sans aucun temps mort, à la signature extrêmement personnelle, incontournable pour tout amateur de progressif au sens le plus large. Il faudra guetter avec impatience l'acte 6, dernier volet de l'aventure qui, aux dires de son créateur, ne se poursuivra pas sous le même format rock...


Plus d'information sur http://thedearhunter.com/





LISTE DES PISTES:
01. Regress - 1:22
02. The Moon / Awake - 6:09
03. Cascade - 5:11
04. The Most Cursed of Hands / Who Am I - 6:42
05. The Revival - 5:00
06. Melpomene - 4:14
07. Mr. Usher (On His Way to Town) - 4:59
08. The Haves Have Naught - 4:12
09. Light - 4:02
10. Gloria - 5:16
11. The Flame (Is Gone) - 5:40
12. The Fire - 5:26
13. The March - 4:12
14. Blood - 4:33
15. A Beginning - 6:19

FORMATION:
Casey Crescenzo: Chant / Guitares
Maxwell Tousseau: Claviers
Nick Crescenzo : Batterie
Nick Sollecito: Basse
Robert Parr: Guitares
   
(2) AVIS DES LECTEURS    
PATFRANCE
03/01/2022
9
  0 0  
4/5
ENVIE !

En un ou deux mots, en criant (comme Hallyday par Goldman) ou soupirant ce qui fait du bien à l'avènement de cette nouvelle société transhumaniste.
Et forcement cette envie qui me permet cet humble "critique" de ces Actes I à V.
15 ans (déjà...), et en cette sombre année passée, je m'évade dans cette série flamboyante, mais pourquoi l'ai-je découvert en 2021 ?
Et bien au fil de l'écoute, je me suis rappelé que j'avais bien écouté en 2009 l'Acte II et n'ayant pas du tout accroché avec d'autres musiques en ligne de mire, j'avais zappé et tant mieux...
J'ai pu apprécier au "meilleur" moment ces Actes.
En plus grâce à ce site et Abaddon (merci !), j'ai en premier écouté l'acte V, qui est sans doute le plus difficile comme accès car clairement il faut écouter ces actes dans l'ordre (en zappant la moitié de l'acte II essentiellement raté, en accord avec les critiques des contributeurs de music waves).
Cet acte V est à écouter (uniquement ?) au casque, religieusement mème si je n'aime pas "Gloria" qui est largement inférieur à celui de Von Hertzen Brothers, et cela est mon seul désaccord. Quand j'ai lu (dans une autre critique) que c'est le titre à faire écouter à ceux qui veulent découvrir The Dear Hunter...Hérésie ! (j'aurai préféré cet acte V dans un esprit Heavy/rock progressif plutôt que Folk/Jazz mais c'est personnel)
Et forcement j'ai voulu regarder la critique du IV que j'ai lu élogieuse (et validé par la suite).
Mais heureusement, je me suis donné comme consigne d'écouter depuis l'acte I qui est très bon pour un premier album avec peu de "budget" (sauf "city escape" que je zappe et qui sera le dernier titre que je conseille de retirer pour mieux apprécier cette série à l'heure actuelle).
Puis vient l'acte II, rappel, mais avec une écoute plus approfondie. Je zappe la moitié qui ne passe toujours pas, oui trop "lourdingue", trop "ado qui fait du rock" et pourtant il y a de superbes arrangements mais trop en retrait de ces "sales" guitares et cris. J'aimerai que Mr Crescenzo et sa troupe ai l'idée de faire voyager dans le temps ce Cher Chasseur pour ré enregistrer cet opus ! (en Heavy/Rock maitrisé ;)
LE MEILLEUR !! A partir de l'acte III jusqu'à "The Moon/Awake" de l'acte V, c'est tout simplement ADDICTIF ! Faut le vouloir pour décrocher, tant mieux que ce soit rare dans la musique car on voudrait être connecté à vie loin de cette société...
Et encore, je n'avais pas écouté Migrant et The color spectrum qui sont pour beaucoup de titres des embryons voire démo des actes IV et V (très bon pour une majorité de titres).
Cela m'a permis de prendre une sacrée claque (tellement riche, intelligent et passionnant) car si j'avais suivi les parutions de The Dear Hunter j'aurai apprécié mais pas autant !
Merci Mr Crescenzo et The dear Hunter. Ne changez rien! Même si je sais que l'acte V est le dernier format "Rock".
En écoutant "A beginning" , je me suis fantasmer un acte VI (final) comme un chef d'œuvre "Electro-Classico-Ambient"...

Et j'ai peur, peut être comme vous, en lisant ce que veut développer Casey autour de cet acte VI (j'espère qu'il ne se perdra pas ce qui ferai perdre qualité a ce tant attendu acte final).
(The indigo child étant une B.O.F. et the fox and the hunt une "petite" redite classique des actes, je ne mets pas de lien pour l'acte VI).

Fier d'avoir pu découvrir cette musique en ce temps...

P.S: Au final je me dis que si je disparais de cette réalité (ou inversement) avant parution de l'acte VI, ce n'est peut-être pas plus mal. M... j'aimerai hésiter à penser cela !

CORTO1809
08/10/2016
  0 0  
5/5
Après un superbe "Act IV" l'année dernière, The Dear Hunter revient avec un "Act V" tout aussi réjouissant. Tout à la fois riche, inventif et mélodieux, l'album ne cesse de nous surprendre et de nous enchanter. Avec une identité forte, The Dear Hunter s'impose comme l'un des meilleurs groupes de prog contemporains. Du prog original de grande classe
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4.3/5 (7 avis)
STAFF:
4.6/5 (7 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
THE DEAR HUNTER: Act V: Hymns With The Devil In Confessional
 
AUTRES CHRONIQUES
DAVID BOWIE: Blackstar (2016)
ROCK - Le disque le plus original et abouti de David Bowie depuis sa trilogie berlinoise.
KATE BUSH: 50 Words For Snow (2011)
ROCK ATMOSPHERIQUE - Kate Bush démontre une nouvelle fois toute son originalité. Au risque de perdre en route d’anciens fidèles…
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT THE DEAR HUNTER
THE-DEAR-HUNTER_The-fox-and-the-hunt
The Fox And The Hunt (2021)
3/5
2/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
THE-DEAR-HUNTER_All-Is-As-All-Should-Be
All Is As All Should Be (2017)
4/5
4/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
THE-DEAR-HUNTER_Act-IV-Rebirth-In-Reprise
Act Iv: Rebirth In Reprise (2015)
5/5
4.9/5
AUTRE LABEL / ROCK PROGRESSIF
THE-DEAR-HUNTER_The-Migrant
The Migrant (2013)
3/5
3/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
THE-DEAR-HUNTER_The-Colour-Spectrum-Complete-Collection
The Colour Spectrum Complete Collection (2011)
3/5
4.5/5
TRIPLE CROWN / ROCK INDÉ
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022