MW / Accueil / Avis / ROCK PROGRESSIF
FILTRES  
  • PAR NOTE
  • PAR GENRE
  • PAR TAGS
Album NEKTAR TAB IN THE OCEAN NEKTAR
TAB IN THE OCEAN (1972)
BELLAPHON
ROCK PROGRESSIF
4/5
MEPHI
23/12/2022
 
5
0 0
Certain rapprocherons le style à celui de "Pink Floyd" et, dans un sens, cette idée n'est pas tout à fait fausse. Mais alors que ces derniers étaient dans une phase de recherche d'identité nouvelle, "Nektar" avait franchi un cap de maturité incroyable (n'oublions pas que "Umagumma" ou "Meddle", aussi bon soient-ils, étaient des disques assez décousus). Il y a tant de bonnes idées dans ce disque qu'il est très facile de les placer en haut du panier. Le guitariste donne la leçon à ces confrères, le chant est meilleur que sur le précédent disque et les harmonies foisonnent. C'est sur, il n'y a pas la finesse d'un Genesis, ce Rock progressif à la lourdeur d'un Goodthunder mais tout cela reste une question de goût!!
Album ALAN PARSONS FROM THE NEW WORLD ALAN PARSONS
FROM THE NEW WORLD (2022)
FRONTIERS RECORDS
ROCK PROGRESSIF
1/5
BAKERDDS
14/12/2022
 
7
0 0
Le APP est peut-être mon groupe préféré, et Alan en solo est plutôt sympathique, même The Secret un peu mou mais tout à fait écoutable.

Mais ce dernier album est une catastrophe absolue. Du fan-service bas de gamme (ce premier titre qui ressemble à une mauvaise auto-parodie avec un texte trop premier degré, ce dernier titre où on dirait le 45 tours original auquel on a rajouté la crécelle de Don't Answer Me), deux titres corrects dont un (Halos) au final sabordé, et un nombre incalculable de petites ballades pop typées Pilot (un groupe que je n'apprécie que modérément) avec une énergie proche du zéro absolu.

Ce n'est même pas mauvais, c'est inexistant. Et de la part d'un tel artiste, c'est encore plus impardonnable.

Album CAMEL MIRAGE CAMEL
MIRAGE (1974)
AUTRE LABEL
ROCK PROGRESSIF
4/5
SPIRIT OF SUMMER
17/11/2022
 
92
0 0
Mirage représente une sorte d’album charnière pour Camel, dans le sens où le groupe commence à délaisser les aspects bluesy qui émanaient encore de son très bon premier album éponyme (malheureusement absent de ces pages) pour davantage exploiter le filon doux et mélodique de sa musique qui deviendra sa marque de fabrique. Le disque s’ouvre sur le dynamique et délicieux ‘Freefall’, qui me fait penser à du Wishbone Ash avec des synthés, par les petites interventions de lead guitar bluesy qui parsèment le morceau et les moments où les claviers doublent les lignes de guitare, jusqu’à certains passages instrumentaux qui rappellent la section centrale de l’excellent ‘Being One’ du Blue Horizon de 2014… La suite alterne plages calmes (l’instrumental ‘Supertwister’) et plus dynamiques (‘Earthrise’, lui aussi instrumental), parfois au sein d’un même morceau (les épiques ‘Nimrodel’ et ‘Lady Fantasy’). Les fréquents changements de thème propres au style n’empêchent en rien l’accessibilité et l’immédiateté de la musique proposée, et lui permettent de garder sa saveur et son impact après plusieurs écoutes.

À part cette fanfare inopportune au début du susmentionné ‘Nimrodel’ qui casse un peu la cohérence du titre, pas de grandes faiblesses dans les compos. Là où le bât blesse davantage, c’est sur les parties de chant (le groupe fera bien mieux plus tard) et sur un son resté solidement ancré dans son époque (pas la pire comparée à d’autres, vous me direz !), la faute à des synthés et à une production un peu datés aujourd’hui.

Album CAMEL RAJAZ CAMEL
RAJAZ (1999)
CAMEL PRODUCTION
ROCK PROGRESSIF
5/5
DARK FLOYD
11/11/2022
 
5
0 1
Les superlatifs sont parfois dérisoires. Si vous voulez savoir comment concevoir un disque avec des mélodies belles et bouleversantes à en pleurer, Camel semble détenir la réponse. Bien que sa réputation en la matière soit établie depuis longtemps, Andrew Latimer avait rarement atteint un tel niveau de sensibilité avec une guitare entre ses mains. Ton Scherpenzeel aux claviers ou Barry Phillips au violoncelle sur "Lost And Found" et surtout "Rajaz", ne sont d'ailleurs pas en reste, tout au long d'un album où l'émotion est vraiment le fil conducteur. "The Final Encore", "Sahara" et son passage arabisant, ou "Lawrence" en guise de bouquet final, sont autant de pures merveilles.
Album ARENA THE THEORY OF MOLECULAR INHERITANCE ARENA
THE THEORY OF MOLECULAR INHERITANCE (2022)
VERGLAS
ROCK PROGRESSIF
3/5
CORTO1809
08/11/2022
  0 1
Qu’Arena délivre album après album des prestations solides et d’un grand professionnalisme est incontestable. Les musiciens sont à leur affaire, ça joue vite et bien et les titres s’enchaînent sans faux pas.

Là où le bât blesse, c’est le zéro prise de risques qui confine à un manque d’originalité, voire de personnalité. J’ai l’impression d’avoir déjà écouté des centaines de fois cet album qui se confond avec des milliers d’autres, ni meilleur, ni pire, anonyme et interchangeable. Les mélodies ne sont pas désagréables mais n’ont rien d’extraordinaire non plus. L’ensemble est un peu "tutti forte" et manque bien trop de nuances pour me séduire. Bref, un album dont l’écoute n’est pas indispensable et qui s’effacera certainement très vite de la mémoire collective.

Album ARENA THE THEORY OF MOLECULAR INHERITANCE ARENA
THE THEORY OF MOLECULAR INHERITANCE (2022)
VERGLAS
ROCK PROGRESSIF
4/5
TONYB
08/11/2022
  0 0
La rencontre entre Damian Wilson et la musique d'Arena apparaît comme une évidence, tant le charisme et la puissance du bonhomme colle à merveille à la musique du groupe, impression confirmée en live.
Avec ce nouvel album, Arena revient enfin dans ses standards, après les albums plutôt moyens de l'ère Paul Manzi, même si Double Vision s'avérait plutôt réussi.
Ici, le groupe retrouve un sens mélodique abouti, souvent sublimé par les soli magnifiques de John Mitchell. Certes, la prise de risque est minime et on ne retrouve pas les élans d'un Solomon ou d'un Moviedrome, mais les 11 titres s'enchaînent avec bonheur, avec même quelques clins d'oeil appuyés vers Shadowland.

 
PAGE / 486
 
Haut de page
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2023