MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - MAMMOTH WVH (22 MAI 2023)
TITRE:

MAMMOTH WVH (22 MAI 2023)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

HARD ROCK



Ce n'est pas facile de porter le nom d'une légende mais avec un nouvel album encore meilleur que son prédécesseur, Wolfgang Van Halen prouve de la plus belle des manières qu'il est un musicien à part entière...
STRUCK - 28.07.2023 -
11 photo(s) - (0) commentaire(s)

Nous avons rencontré un artiste humble et sympathique mais sur la réserve, visiblement échaudé par ses précédents échanges avec des journalistes pour qui le nom de Van Halen se résume exclusivement à Eddie. Ce n'est pas facile de porter le nom d'une légende mais petit à petit -à raison d'un premier album sous le patronyme de Mammoth WVH, de tournées prestigieuses en compagnie d'Alter Bridge, Metallica...- Wolfgang Van Halen arrive à se faire un prénom dans le milieu et à prouver aux mauvaises langues qu'il est un musicien à part entière, ce que son nouvel "Mammoth II" confirme de la plus belle des manières...





Quelle est la question qu’on t’a trop souvent posée et à laquelle tu aurais marre de répondre ?


Wolfgang Van Halen : (Silence) Je répondrai probablement tout ce qui est relatif à Eddie (Rires) !


Tu viens juste de jouer en première partie de Metallica au Stade de France (le 19 mai), alors forcément la première question qu’on a envie de te poser, c’est : raconte-nous cette expérience !

Mec, c’était incroyable, la foule était phénoménale, ils tapaient dans leurs mains dans le rythme de toutes nos notes…


Et t’attendais-tu à un tel accueil ?

Non, pas du tout. De façon générale, quand tu ouvres pour un groupe et encore plus quand c’est Metallica, il faut savoir capter l’attention du public. C’est un énorme honneur de faire partie de cette tournée mais tu ne t’attends pas à avoir une super réception du public. C’était très excitant de jouer à Paris, c’était un grand honneur et un incroyable concert…


Ce qui a le plus changé et impacté cet album, c’est la confiance !




Ton actualité à venir est la sortie de "Mammoth II", en août prochain qui est encore meilleur que "Mammoth I" qui était déjà excellent. Tu sembles être plus libéré, plus confiant dans tes capacités sur cet album. Est-ce exact ?

C’est vrai, c’est la plus grande différence avec le premier album. En fait, sur le premier album, je me demandais si j’étais capable de faire un tel album. Avoir fait cet album et avoir tourné ces deux dernières années m’a donné confiance en moi et dans le processus de ce nouvel album, ça se ressent : en tant que guitariste, je fais plus de solos sur ce nouvel album, sur le chant, j’ai plus confiance sur mes capacités à chanter sur scène et donc sur album également, et enfin, j’ai aussi plus confiance sur mon écriture qui se traduit par l’expérimentation de chansons plus longues sur ce nouvel album. Mais effectivement, ce qui a le plus changé et impacté cet album, c’est la confiance !


Tu dis avoir expérimenté des chansons plus longues sur ce nouvel album, faut-il s’attendre à un album progressif pour le troisième album ?

Oui, le prochain album sera composé d’un seul morceau de 50 minutes (Rires) !


Comme sur ton premier album, tu as encore tout fait tout seul et joué de tous les instruments pour enregistrer ce nouvel album. Est-ce pour toi une sorte de défi, une envie de tout maîtriser dans les moindres détails ou juste une façon de t’amuser et d’être libre ?

C’est du plaisir ! Même si je ne pense pas autant jouer de batterie dans le futur (Sourire), c’est une merveilleuse opportunité de se faire plaisir à jouer de la batterie dans un studio…
De façon générale, aujourd’hui, c’est ce qui ressort de mon expression créatrice dans Mammoth mais effectivement, il n’y a rien de mieux que de tout jouer d’un point de vue artistique…


Tu tournes avec un groupe, ne souhaiterais-tu pas que Mammoth soit également un groupe sur les enregistrements studio ?

Sur scène, j’ai un groupe incroyable mais la question est de savoir si je vois ces musiciens contribuer à un futur album ? Bien sûr… Mais quand vient le moment de mettre en boîte l’album et vu comme je considère un album de Mammoth, c’est quelque chose que je joue avant tout !


C’est assez impressionnant comme tu as acquis en maîtrise d’un album à l’autre, notamment vocalement. Est-ce que tu as beaucoup travaillé ta voix depuis "Mammoth I" ou est-ce que tu t’es simplement décomplexé sur "Mammoth II" ?


Je pense que l’expérience que j’ai acquise du premier album à celui-ci est uniquement due aux tournées… Nous avons tourné pendant deux ans sans nous arrêter et chanter tous les soirs : plus tu en fais, plus tu t’améliores !
Quand le moment du deuxième album est venu, j’avais plus confiance en moi au regard du travail réalisé et j’étais ainsi capable de faire des choses que je ne pouvais pas faire sur le premier. Je dirais que c’est une question de temps, finalement !


Comme sur "Mammoth I", certains titres de "Mammoth II" démontrent à quel point tu es un enfant du rock des années 1990. C’est notamment marquant sur ‘Erase Me’ et ‘Waiting’. Si tu devais citer un album de ces années-là qui t’a le plus marqué, lequel citerais-tu ?


"Enema of the State" de Blink-182, c’est un album qui m’a marqué pendant toute ma jeunesse…


Quand je compose pour Mammoth, je suis ce qui m’intéresse et ce qui m’excite


C’est amusant que tu parles de ce groupe puisque c’est le sens de ma question suivante. Des titres comme ‘Another Celebration At The End Of The World’ et ‘Miles Above Me’ ont des influences presque punk, alors que d’autres comme ‘Optimist’ ou ‘I’m Alright’ sonnent clairement hard rock moderne. Lorsque tu composes, sais-tu d’avance quelle direction musicale va prendre un morceau ?

Non, jamais ! Quand je compose pour Mammoth, je suis ce qui m’intéresse et ce qui m’excite et finalement, arrive ce qui doit arriver ! Ça m’arrive comme ça subitement de me dire : "Tiens, et si je faisais ça !" (Sourire)…


Dans ces conditions, comment arrives-tu à faire en sorte que cet album comme le précédent soient homogènes ?

Je pense que c’est juste de la chance (Rires) !


Tu ne peux pas répondre ça…

(Rires) ! Non mais tout vient de moi, toutes les chansons sont connectées entre elles parce qu’elles viennent de mon cerveau qui est le facteur de connectivité (Rires) !


La musique est ma vie et pour cette raison, c’est important de rester vrai vis-à-vis de moi-même




Ta plus grande force est d’avoir réussi à t’affirmer en tant qu’artiste en t’émancipant de l’influence musicale de ton père. Je suppose que, malgré l’amour et l’admiration que tu lui portes, ça n’a pas toujours été facile à gérer. Où as-tu puisé la force pour faire face aux critiques des haters et des imbéciles qui ne peuvent pas s’empêcher de faire des comparaisons ?

La musique est ma vie et pour cette raison, c’est important de rester vrai vis-à-vis de moi-même et c’est ce que je fais avec Mammoth ! Mammoth est ce que je suis musicalement et que les gens m’acceptent ou non, ça ne changera pas qui je suis ! Mais c’est vraiment fou de voir ces gens qui me respectent pour ce que je suis et qui profitent de ce que je leur propose…


Au fur et à mesure que le temps passe, les gens réalisent que je suis un musicien et une personne à part entière


Mais as-tu constaté une évolution, notamment de ceux qui te critiquent sans savoir finalement ?

Ces gens existeront toujours mais au fur et à mesure que le temps passe, les gens réalisent que je suis un musicien et une personne à part entière


Mais avec le temps, ils sont de moins en moins nombreux face notamment à tes fans de plus en plus nombreux…

Exactement et c’est fou : vraiment !


Dans ton premier album, on pouvait entendre des influences Alice In Chains, Queens Of The Stone Age et surtout Foo Fighters sur des titres comme 'Mr Ed' ou 'Horribly Right' mais aussi Tremonti, Alter Bridge et Biffy Clyro sur 'Better than You'… Sont-ce des influences dont tu te revendiques ?

Totalement ! C’est vrai que les Foo Fighters sont la principale inspiration de Mammoth, c’est vraiment ce qui m’inspire le plus…


On prend mon nom pour argent comptant sans comprendre avec quoi j’ai grandi et qui fait ce que je suis en tant que musicien…




Au regard de ta filiation, ce n’est clairement pas l’influence à laquelle on aurait pensé avant d’écouter ta musique. Comment expliques-tu cela ?

Je dirais que c’est peut-être simplement qu’on prend mon nom pour argent comptant sans comprendre avec quoi j’ai grandi et qui fait ce que je suis en tant que musicien…


On a évoqué toutes tes influences mais le plus important est que tu as déjà créé ta propre personnalité et ton propre style. Es-tu conscient de ça ?

Oui, et c’est ce que j’essaie de faire passer avec Mammoth, à savoir que je suis simplement moi-même et ça se voit (Rires) !


La pochette est dans la lignée du précédent album. Quelle est la signification de chacune des illustrations de tes disques ? Dans la première, on peut voir un crabe géant qui détruit des voitures et maintenant un squelette qui regarde la télévision et un feu d'artifice ?

Les pochettes sont faites par un artiste qui avait déjà réalisé ces peintures. Je suis un grand fan de ses idées…


Et as-tu pu acquérir les peintures de ces pochettes ?

Non, je n’ai pas les peintures originales… Mais je suis un grand fan de son travail qui résonne émotionnellement en moi et ces deux peintures résonnaient tellement que je me suis dit qu’elles seraient parfaites pour illustrer ces albums…


Il ne faut donc pas y voir une signification particulière ?

Non, parce que je ne pense pas qu’il y ait une seule signification définitive, il faut juste trouver ta propre signification. Sur le premier album, j’adorais l’idée de voir le nom Mammoth affiché au-dessus de ce crabe et qui en prenait le contrôle en quelque sorte.


Donc pas de métaphore sur ce qu’a vécu ton père et finalement que tu prendrais le contrôle toi-même de ce crabe qui représenterait le cancer ?

Non, pas vraiment (Sourire) !
Et la pochette de ce deuxième album représente vraiment mon mental et tout ce par quoi je suis passé aussi bien personnellement qu’artistiquement ces deux dernières… Artistiquement, cette peinture représente vraiment ce qui se passe dans ma tête : pleins de bonnes choses me sont arrivées mais dans le même temps, j’ai dû me rétablir de mauvaises choses…


Et finalement, te rends-tu compte de l’exploit que tu as réalisé pour t’affirmer en tant qu’un authentique auteur et compositeur en étant le fils d’une icône ?

Oui mais dans le même temps, être une personne à part entière est très important pour moi : constater que les gens prennent note de cela et me respectent pour être un artiste à part entière est un énorme honneur parce que c’est tout ce que j’essaie de faire !


Sa fierté était le moteur de tout ce que je faisais et que je continue à faire aujourd’hui !


Est-ce que ton père avait peur pour toi et ta carrière musicale, en sachant l’importance que lui-même avait dans le monde du rock ? Comment t’a-t-il encouragé à faire la musique que tu aimes ?

Il était juste fier de moi. Sa fierté était le moteur de tout ce que je faisais et que je continue à faire aujourd’hui ! Il était juste fier d’être mon père…


A ce titre, sur le titre ‘On Distance’ du précédent album, tu chantes "I’m so happy you’ve found a place". On suppose que tu parles de ton père mais te concernant, penses-tu avoir trouvé ta place ?

Je pense que je commence… Je pense que tu peux l’entendre sur cet album comme tu l’as dit toi-même en trouvant cette confiance que j’essaie de suivre pour trouver cette place dans laquelle j’aurais encore plus confiance en moi…


Tu as déclaré que tu adorais Meshuggah. Et globalement "Mammoth II" sonne plus heavy que "Mammoth I", pourrais-tu faire un album clairement metal à l’avenir ?

Peut-être, mais je pense que la façon dont la musique vient quand je compose pour Mammoth est ce qu’elle est… je ne peux pas vraiment forcer un changement ! Globalement, Mammoth contient des éléments heavy agressifs mais la mélodie est toujours présente et elle est très importante !


Alors pourrait-on envisager des featurings ?

Oui, peut-être parce qu’encore une fois, tout est question de plaisir finalement mais ce ne serait pas dans un album de Mammoth, peut-être un projet séparé…


Mais si Fredrik Thordendal venait à lire cette interview et te proposait de jouer sur le prochain Meshuggah ?

(Rires) J’accepterais bien évidemment !


Et avec quel autre groupe accepterais-tu de faire une apparition ?

Oh mec, pouvoir jouer avec les Foo Fighters serait un rêve ! Mais quand il s’agit de featurings, je ne me sens pas encore prêt, je considère que j’ai encore plein de choses à améliorer artistiquement du côté de voix…


Mais pour être franc, je n’envisageais pas un featuring vocal chez Messhuggah mais plutôt un solo de guitare…

(Rires)


A ce titre, as-tu la pression au niveau de tes solos ?

Je mets un peu plus au défi…


Dans ce nouvel album, je voulais me mettre un peu plus au défi




… "Un peu plus", cela signifie que ce n’était pas le cas par le passé ?

Dans le premier album, j’ai écrit des choses qui paraissaient bien et que je faisais bien pour que finalement ça sonne bien… Dans ce nouvel album, je voulais me mettre un peu plus au défi et je pense que tu peux l’entendre dans les solos, mon chant, dans tout…


‘Another Celebration at the End of the World’ est le paroxysme de cette recette : un titre aux allures de Foo Fighters avec un solo digne d’Eddie Van Halen…

(Sourire) Merci beaucoup !


… et le tout sonnant de façon naturelle et homogène…

Merci encore !


Dans ces conditions, as-tu travaillé sur de nouvelles compositions pour ton troisième album ?

Pas encore… Je dirais que la plupart des choses sont écrites mais on est encore loin de ce qui est de l’enregistrement et ce qui suit… Mais avant toute chose, nous avons encore beaucoup de travail pour promouvoir cet album et tourner…


A ce propos, tu as fait de belles premières parties comme Metallica… mais une tournée en tant que tête d’affiche est-elle prévue ?

Je sais, je sais, nous essayons de trouver des dates en tant que tête d’affiche… Nous travaillons dessus, je ne suis pas à 100% sûr si nous serons en tête d’affiche ou non mais je suis certain que le public sera content (Sourire) !


Il y a quelques mois, le bruit a couru d’un rapprochement entre ton oncle Alex et Joe Satriani pour une tournée hommage à Eddie. Faisais-tu partie du projet et où en est-il ?

C’était il y a longtemps mais je pense que ça n’est pas allé plus loin… je pense que quand il a fallu entrer dans le concret, il y avait trop de choses à mettre en place pour commencer à mettre en place quoi que ce soit…
Alex avait la maîtrise de ce sujet mais il a vite compris que ça ne pouvait pas se faire…


C’est plus une malédiction qu’une bénédiction [de s'appeler Van Halen] parce que les gens ont plein d’idées préconçues.


Avec le recul, penses-tu que c’est une bénédiction ou une malédiction pour un jeune artiste de s’appeler Van Halen ?

De mon point de vue, je dirais que c’est plus une malédiction qu’une bénédiction parce que les gens ont plein d’idées préconçues.


Tu estimes que tu avais plus à prouver qu’un autre ?

C’est ça, tu dois prouver nettement plus… Un nom peut t’ouvrir des portes qui est clairement une bénédiction de ce point de vue mais dans le même temps, si je n’étais pas capable de faire ce que je fais, ces opportunités n’existeraient pas… Dans ces conditions, oui, finalement, c’est peut-être plus une malédiction qu’une bénédiction !


Mais comme nous l’avons dit, c’est de moins en moins le cas…

Oui, je pense que j’ai prouvé que j’étais une personne à part entière…


Et finalement quelles sont tes attentes pour ce nouvel album ?

Oh mec, je ne pense pas à ça, je n’ai vraiment aucune attente… J’écris juste de la musique qui m’inspire et qui m’excite et si les gens prennent du plaisir à l’écouter, c’est un énorme bonus...


Mais tu fais quand même cette journée promotionnelle notamment ici en France, cela signifie que tu ou ton management avez quand même des attentes ?

L’idée est de pouvoir tourner le plus possible et jouer devant le plus de personnes possible… Mais honnêtement, je suis très chanceux de pouvoir faire ce que je fais, je suis juste heureux d’en être là (Sourire)…


Malgré tout, quelle est la prochaine étape pour Mammoth ?

Encore une fois, continuer à tourner et à grandir. Je fais tout ce que je peux pour continuer à jouer…


Mais ne crains-tu pas d’avoir atteint un plafond de verre en ouvrant si rapidement dans des stades pour Metallica ?

(Sourire) Non, j’aime jouer n’importe où… A partir du moment où la salle est remplie de gens excités d’écouter de la musique, je suis content : peu importe la taille de la salle…


On en a parlé encore récemment avec Dominic Miller qui m’avouait être plus impressionné de jouer dans un club qu’un stade. Qu’en est-il de ton côté ?

C’est à peu près la même chose si ce n’est que la grande différence est que Metallica a une scène unique (Rires). C’est donc une expérience différente d’essayer de jouer sur une telle scène… Mais encore une fois, de façon générale, je suis heureux de jouer quelque ce soit le lieu…


On a commencé cette interview par la question qu’on t’a trop souvent posée au contraire quelle est celle que tu souhaiterais que je te pose ou à laquelle tu rêverais de répondre ?

Mec, je dirais que tu as fait le tour d’à peu près tout… Je suis très excité que les gens découvrent mon nouvel album…


T’attendais-tu à tel accueil notamment pour le premier album qui va se reproduire pour ce nouvel ?

Non, pas du tout !


Encore une fois, comment l’expliques-tu parce qu’on ne peut pas mettre un tel accueil sur le compte de ton nom ?

Effectivement…


Ça doit être une fierté ?

Je suis flatté que les gens s’intéressent : c’est incroyable ! Déjà l’an dernier, lors de la tournée avec Alter Bridge, la foule était réceptive et maintenant, tourner avec Metallica, le public est très chaleureux : c’est vraiment très excitant !





Merci !

Merci beaucoup ! (En français) "Merci"…



Et merci à Newf pour sa contribution...


Plus d'informations sur https://www.facebook.com/mammothwvh
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 23519
  • 23520
  • 23521
  • 23522
  • 23523
  • 23524
  • 23525
  • 23526
  • 23527
  • 23528
  • 23529
Haut de page
EN RELATION AVEC MAMMOTH WVH
DERNIERE CHRONIQUE
MAMMOTH WVH: Mammoth Ii (2023)
4/5

Non seulement "Mammoth WVH II" est encore meilleur que son prédécesseur, mais il coche également toutes les cases pour hisser Wolfgang Van Halen au rang de plus bel espoir du hard rock international.
DERNIERE ACTUALITE
WOLFANG VAN HALEN ECRASE TOUT AVEC MAMMOTH...
 
AUTRES ARTICLES
CORVIUS (26 JUIN 2023)
Fort d'un premier "Signals" fort prometteur, les mercenaires de Corvius ont fait un bond dans le passé de près de 300 ans pour nous présenter leur ambitieux projet...
FESTIVAL 666 (8 AOÛT 2023)
Les festivals battent leur plein actuellement en cette période estivale. Et parmi eux le Festival 666 qui continue son ascension avec pour cette année une ouverture plus grande à des groupes internationaux. Rencontre avec Victor.
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024