MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - AURI (30 JANVIER 2018)
TITRE:

AURI (30 JANVIER 2018)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

AUTRES



Direction le grand Nord... de Paris pour la rencontre avec Auri afin d'évoquer un projet pas seulement individuel à la beauté onirique et riche
CALGEPO - 14.03.2018 -
3 photo(s) - (0) commentaire(s)

Music Waves à qui le froid ne fait pas peur est parti rencontrer les membres du groupe Auri pour une interview réchauffante dans laquelle Tuomas s'efface au profit de l'équipe.


Nous sommes réunis ici pour parler de AuriI. Ce projet explore un univers onirique, de contes et de légendes. S'agit il d'un concept album ?

Tuomas : Pas en ce sens non

Troy : Ce n'est pas facile de dire ça, en fait ce n'est pas une histoire c'est plus une combinaison de chansons qui traduisent ce que nous ressentons avec la musique et la vie.





L'origine de l'album remonte à 2011, année où la première chanson 'Aphrodite Rising' a été composée, comment explique-tu le processus assez long pour finaliser cet album ?

Tuomas : Pour des raisons pratiques. Nous étions très occupés avec Nightwish au cours de ces dernières années incluant nos différents processus d'écriture et de tournées, et Johanna par sa carrière solo. Aussi, nous avons pris les choses très sérieusement pour Auri l'année dernière afin de finaliser l'album avec toute l'expérience accumulée aussi au cours des six dernières années.


C'est un projet qui parle de la vie en général, des confrontations qu'il peut y avoir en chacun de nous.



Ce n'est donc pas un souci d'inspiration ou de syndrome de la page blanche qui est à l'origine de ce laps de temps entre la composition de la première chanson et l'album final, qu'est-ce qui a été le facteur déclencheur de cette finalisation ?


Johanna : Comme nous l'avons expliqué c'était devenu le bon moment pour Auri de finaliser cela en se laissant porter par la musique et tout ce qui nous a inspirés.

Troy : C'est un projet qui est mûri depuis des années et nous avons pris conscience fin 2016 qu'il fallait aller au bout du processus d'écriture afin de pouvoir exprimer ce qui nous tenait  à cœur. C'est un projet qui parle de la vie en général, des confrontations qu'il peut y avoir en chacun de nous. Nous avions vraiment besoin de l'exprimer en musique - surtout en cette période - et d'aller au plus profond de nous-mêmes. Nous n'avions pas de plan et nous nous sommes laissé guider vraiment par l'amour que nous portons à la musique.





Comment s'est déroulé l'écriture de l'album, peut-on parler d'un projet individuel de Tuomas et quel a été le niveau d'implication de Troy et de Johanna ?

Tuomas : Beaucoup parlent de ce projet comme mon projet or ce n'est pas un projet individuel. Auri n'a pas de leader, c'est un travail collectif dans lequel chacun a apporté sa pierre à l'édifice...

Troy : Nous comprenons que Tuomas focalise l'attention mais Auri est plus que ça. C'est réellement un travail à trois personnes individuelles qui se sont fondues dans un collectif.

Tuomas : C'est très différent de "Scrooge" qui là était vraiment un projet personnel. Ici, le travail a été différent.

Troy : Il y a eu des indices notamment sur le fait que Auri s'appelle Auri et non Johanna, Tuomas et Troy. Il n'y a personne qui est resté dans son coin, pas d’individualisme. Il y a eu vraiment des interactions entre nous pour se fondre dans le groupe.


Ce qui est le plus important c'est de pourvoir véhiculer des émotions.


La musique de Auri est assez dépouillée, onirique, presque éthérée à certains moments, il semble propice à donner une priorité aux ressentis et à l'émotion par rapport à la technique pure, pour toi cet aspect est-il le plus important dans la musique que vous partagez ?

Troy : C'est exactement ce qui fait l'essence de Auri et de nos différents projets. Ce qui est le plus important c'est de pourvoir véhiculer des émotions.

Johanna : Surtout dans ce projet, ce qui nous importait c'est que les compositions viennent du cœur et que les auditeurs puissent ressentir cela.


Tuomas, tu es d'ailleurs très intéressé par les contes, l'enfance, quelles ont été les lectures qui t'ont inspiré cette histoire - cette question est valable pour vous trois ?

Tuomas : Il ne m'est pas facile de répondre à cette question car tant de choses m'ont inspiré.

Johanna : Je pense que dans nos vies nous sommes influencés par tellement de choses. Pour Auri, nous avons été principalement influencés par l'écrivain Patrick James Rothfuss qui est l'auteur des "Chroniques du Tueur du Roi", romans de Fantasy. Et nous avons essayé de mettre ces histoires en musique et de nous inspirer de ces chroniques.

Troy : J'avais entendu parler de ces histoires mais sans avoir pris conscience qu'elles pourraient nous servir avant que nous prenions contact avec Tuomas. Il y a peut-être au final deux voire trois chansons qui ont été influencées par ces romans. Les autres  trouvent leur origine dans différentes sources d'inspiration. Principalement, je dirais que nos influences sont d'abord musicales, et ma contribution a été celle-ci. Je travaillais dans le nord du Yorkshire et cet endroit est inspirant. C'est là que j'ai proposé les bases de 'The Name Of The Wind', une chanson extraordinaire qui n'a aucune connexion avec un livre ou autre. J'y vois quelque chose de sensoriel. Nous échangions à distance avec Tuomas et Johanna pour cet album et nous nous complétions mutuellement avec le même but, celui de conserver une unité entre la Finlande et le Yorkshire et construire quelque chose en commun. Je pense que rien que ça est inspirant.





L'album s'ouvre sur 'The Space Between' qui rappelle un peu le Mike Oldfield de "Crisis" ('To France') avec notamment ses chansons folk, celtiques, à fort potentiel d'immédiateté, penses-tu que ce soit sur la forme une de tes sources d'inspiration ?


Troy : Tu as raison, même si ce n'est pas la seule source. Il y a tellement de senteurs musicales qui nous servent. Nous étions intéressés par le fait de pouvoir créer des atmosphères et je te rejoins sur le fait que notre musique rappelle celle de Mike Oldfield, surtout sur cette chanson. Nous voulions que l'ouverture de cet album soit le témoignage de ce qui allait venir. Composer Auri était presque miraculeux tu vois.


L'ambiance rappelle effectivement cette touche folk et celtique avec cette voix qui ressemble à celle de Mary Reilly ....


Tuomas : Oui, Mary Reilly c'est un fantastique compliment car c'est une chanteuse remarquable

Johanna : Ce qui est formidable avec la musique c'est qu'elle fait appel à la mémoire et aux souvenirs. Il n'y pas une seule interprétation et un seul ressenti mais autant que de souvenirs.

Troy : Je me rappelle bien sûr de Mike Oldfield qui est un compositeur remarquable. Il a commencé avec quelques notes de clavier notamment sur Tubullar Bells que tout le monde connait. Il a laissé une empreinte incroyable sur la musique même actuelle avec ces loops et ses répétitions. Il trouvait à chaque fois la note qu'il fallait à la guitare. Il y avait une saveur et une ambition toute particulière. Tout musicien est un peu esclave de ses ambitions comme celle d'être aimé ou gagner de l'argent. Toutes ces choses qui nous construisent et nous font tenir comme celle d'essayer de plaire au plus grand monde.

Tuomas : C'est fantastique de pouvoir transmettre cela au public.

Troy : La création c'est ça qui est génial. Se poser les questions, qu'est-ce qui pourrait plaire, qu'est-ce qui ferait que ça plaise ? Comment faire pour articuler tout ça ? Tout ça est sensoriel presque. Pour preuve les aveugles ont une sensibilité plus grande pour ressentir les choses, et en matière de musique nous sommes tous des aveugles et devons ressentir des choses. Beaucoup de musiciens aujourd'hui cherchent à faire original, à vouloir être inventeur de ça.


Beaucoup de musiciens cherchent à tout prix à être originaux alors qu'ils perdent l'essence même de la musique. C'est parfois si prétentieux.


Mais le passé nourrit le présent ....


Troy : Oui tout à fait, le but est de transcender ce qui a été créé  par le passé. Tu prends ça, ça ou ça pour élaborer quelque chose de nouveau pour pourquoi pas devenir célèbre. Je veux être riche, je veux gagner des millions de livres.....

Tuomas : Aujourd'hui il y a une course à l'originalité. Beaucoup de musiciens cherchent à tout prix à être originaux alors qu'ils perdent l'essence même de la musique. C'est parfois si prétentieux.

Troy : C'est tout à fait exact, c'est humain en fait, nous cherchons tous à ressentir quelque chose de particulier à l'écoute de la musique. Cela nous conditionne. La musique a quelque chose de magique dans la transmission des émotions et tout musicien ignore à l'avance quelle sera l'harmonie ou la mélodie qui touchera les gens. C'est n'est pas écrit à l'avance tu vois et le fait d'être absolument original n'est pas une condition pour que ça plaise. Mais nous nous éloignons un peu du sujet, non ? (Rires).


Non, c'est votre philosophie et votre vision qui est intéressante à partager... Johanna, tu transmets énormément d'émotion dans la voix sans pour autant nécessairement la forcer, notamment sur la chanson la plus longue 'Underthing Solstice' pleine de feeling, as-tu effectué un travail particulier pour cet enregistrement ?

Johanna : Pas spécialement non, j'ai essayé de me laisser guider par la musique qui a été composée, et de transmettre ce que je ressentais à l'écoute des compositions. Je n'ai pas beaucoup travaillé sur ma voix en fait.

Troy : Quoi !


Ta voix est très expressive et sonne naturelle...

Johanna : Merci, j'ai tout simplement essayé de m'approprier les paroles et de trouver l'émotion qui colle aux textes, à l'histoire. Je suis comme un peintre qui apporte la couleur à la musique. J'écoute beaucoup avant.

Troy : C'est important d'avoir une voix comme celle de Johanna. Et Tuomas le sait. Elle a une voix unique, elle sait parfaitement ce qui va fonctionner et pas forcément accentuer les expressions.


Auri est avant tout une musique qui vient du cœur.


'Desert Flower' est le seul duo de cet album, une magnifique chanson dans laquelle l'homme semble rester sur son questionnement 'All I Wanted Was ...et c'est la voix féminine  qui lui apporte les réponses. Cet album semble d'ailleurs très féminin, mêlant force et délicatesse, est-ce ta partie la plus féminine qui s'exprime ?

Troy : Quelle interprétation !! C'est exactement ça. En fait dans la chanson l'homme s'éloigne, il y a une conversation et une route qui se sépare et la femme l'éclabousse de sa présence et prend une dimension énorme. L'homme reste sur ces questionnements en effet et la femme reste présente et sûre. Tu as une belle vision de la chanson. Et ceci transparait tout au long de l'album, oui.

Johanna : Et bien sûr le fait que je chante entièrement l'album contribue à donner ce sentiment. Auri est avant tout une musique qui vient du cœur.


Cet album pourrait constituer la bande originale d'un film... Tuomas, tu as justement déjà fait ce travail et je pense que ta musique pourrait parfaitement s'adapter car elle a une très grande force cinématographique, as-tu été approché par des producteurs de films voire de jeux vidéo ?

Tuomas : Pas encore, non...

Troy : Mais si ! Steven Spielberg t'a appelé il y a quelques jours et j'ai répondu : "Non Steven, nous sommes trop occupés actuellement ! (Rires)"

Tuomas : Plus sérieusement, c'est quelque chose qui me plairait beaucoup, et je pense aussi pour chacun d'entre nous. Dernièrement j'ai regardé "Gravity" et j'imaginais la musique qui pourrait être en arrière-plan des scènes d'espace. Et j'imaginais en fait que notre musique avec la voix féminine pourrait correspondre à ce genre de film, tu vois...

Troy : Ce serait fantastique pour un groupe de faire ça, parce que la musique contribue à la dramaturgie. Tiens d'ailleurs, nous avons fait une vidéo d'ailleurs pour cet album, qui est sortie hier justement, bon ce n'est pas un film mais c'est déjà ça (Rires).





Nous avons parlé de la transmission des émotions et de la densité de l'album, pourrait-on le voir vivre sur scène ?


Tuomas : Pas cette année, non, mais pourquoi pas d'ici quelques temps ?

Troy : Ce serait tout à fait possible, oui, seulement nous sommes très occupés avec les tournées de Nightwish, et avec le prochain album. Mais Auri a un fort potentiel pour ça, ce n'est pas un side project mais un groupe qui je pense a une identité et c'est quelque chose d'envisageable.


Et est ce qu'il y aura un nouveau Auri d'ici quelques années ?


Troy : Oui, nous avons signé un contrat pour deux albums et Auri a été une expérience fantastique pour chacun d'entre nous donc c'est un groupe qui est amené à vivre, oui, certainement.


Cet album pourrait plaire à un public de 4 à 77 ans, pouvons nous dire qu'il s'agit d'un album pour toute la famille ?


(Rires)
Troy : Bien sûr, oui !

Johanna : La musique a quelque chose d'universel, vois-tu, et chacun peut y trouver son compte : enfants, jeunes, adultes...

Troy : Pour Auri, les paroles sont plus ou moins complexe et peuvent être sujettes à une interprétation subjective mais il n'y aura jamais de mots tels que "Mother Fucker" (Rires), mais ça restera des mots tels que "Baby I Love You", nous sommes family friendly (Rires) !


Quel est votre plus grand souvenir d'artiste à ce jour ?


Troy : Comme musicien.

Johanna : Pour moi c'est ce moment-là (Rires)

Tuomas : Je crois que c'est le moment où j'ai décidé de devenir artiste. J'avais 18 - 19 ans et le fait d'écrire et de composer et de franchir ce mur, prendre cette décision a été pour moi le plus beau souvenir. Devenir artiste.

Troy : Pour moi qui vient d'une famille qui a baigné dans la musique, j'ai toujours voulu être musicien, et pour moi c'était paradoxalement comme être en prison. Et en fait mon meilleur souvenir a été lorsque j'ai réalisé qu'en fait je n'étais pas enchaîné au passé, que j'étais libre de faire et d'exprimer ce que je voulais à travers la musique. Cela a été le moment le plus beau. De pouvoir partager ça avec toi ainsi.... (Rires), vivre ces moments.


On touche à la fin de cette interview...

Troy : Oh non, reste avec nous encore ! (Rires)


Un dernier mot pour nos lecteurs ?

Troy : Jouez bien du banjo c'est important (Rires) ! ... Plus sérieusement, nous avons fait cette musique pour vous et profitez-en.

Tuomas  : Sentez-vous libre en écoutant cet album.


C'est une bonne conclusion, merci beaucoup.

Merci, ça été un plaisir.


Plus d'informations sur https://www.facebook.com/aurlband
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 13020
  • 13021
  • 13022
Haut de page
EN RELATION AVEC AURI
DERNIERE CHRONIQUE
AURI: Ii- Those We Don´t Speak Of (2021)
4/5

"Those We Don’t Speak Off" se doit d’être dégusté dans sa globalité, offrant à l’auditeur 50 minutes de pure beauté musicale, comme une friandise addictive qui viendrait délicatement caresser les neurones.
DERNIERE ACTUALITE
AURI: Les détails sur le nouvel album
 
AUTRES ARTICLES
COVERTRAMP - SUCY EN BRIE - 16 FEVRIER 2018
Magnifique soirée nostalgique à l’espace Jean Marie Poirier en compagnie de Covertramp qui nous a mis une super… trempe !
SUPREME NTM - ACCORHOTELS ARENA - 10 MARS 2018
30 ans, ça se fête !
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021