MW / Accueil / Articles / COMPTE-RENDUS DE CONCERT - Fear Factory + S.U.P. - Splendid de Lille - 07 Juillet 2015
TITRE:

Fear Factory + S.U.P. - Splendid de Lille - 07 Juillet 2015


TYPE:
COMPTE-RENDUS DE CONCERT
GENRE:

METAL INDUSTRIEL



En ce mardi d'été le Splendid de Lille accueille la légende du metal industriel accompagné de belle manière par l'un des meilleurs représentants français en matière de death metal à la fois froid et intense.
NOISE - 21.07.2015 -
24 photo(s) - (0) commentaire(s)

En ce début de mois de Juillet et dans la chaleur d’un été très bien entamé, le Splendid de Lille nous accueille pour une nouvelle soirée métallique. Entre deux festivals, il est très sympathique de retrouver le cadre d’un concert classique avec au programme deux formations très attendues, S.U.P. et Fear Factory.
En lieu et place de Butcher Babies, qui a annulé toute sa tournée européenne quelques jours avant, on retrouve les Nordistes de S.U.P. qui les remplacent au pied levé. Et si certains ont pu être déçus de ne pas pouvoir admirer la plastique des demoiselles de Butcher Babies, les amateurs de musique sont eux particulièrement enchantés de retrouver S.U.P.



Auteur récemment d’un album, "Reveries", le voyant rendre hommage à ses jeunes années et son époque purement death metal, le groupe va mettre à profit les 50 minutes qui lui sont allouées pour proposer un excellent concert en piochant dans pratiquement tous ses albums. Ce qui frappe toujours lors d’un concert de S.U.P., c’est ce sentiment glacial mais envoûtant qui entoure des musiciens dotés d’un charisme certain. Et avec cette froideur et un subtil et très beau jeu de lumières ils nous entrainent dans leur univers à peine l’intro entamée.  



Ainsi en 8 titres ils retracent parfaitement ce qui fait l’identité et la force de S.U.P. En début de concert ‘Declivis’ et ‘Twins’ nous font frissonner et nous rappellent à quel point "Angelus" et "Chronophobia" restent des albums fascinants à la fois musicalement et thématiquement. Le groupe revient aussi sur "Hegemony" avec un 'Dissolution' qui ravit les fans de ce disque parfois oublié mais tout aussi prenant et réussi. Par la suite l’extrait d’"Anomaly", le monstrueux 'Pain Injection', transporte un public à la fois attentif et passionné dans l’univers glacial de cet album référentiel.

En fin de concert S.U.P. achève le public avec un monstrueux ‘Tales From The Crematory’, récemment retravaillé sur "Reveries" et qui nous rappelle à quel point le groupe maitrisait son death métal au début des années 90. Enfin avec 'The Cube' il nous balance ce qui reste l’un de ses plus grands morceaux. Toujours aussi jouissif à savourer avec son classique riff d’entrée qui donne encore  le frisson, ce morceau achève le concert en beauté. Avec cette prestation, S.U.P. confirme qu’il reste une valeur sure de la scène extrême française. Le groupe reste bien sur à part, le côté froid des musiciens y étant pour beaucoup, mais il se dégage de la formation une sympathie et une sincérité tellement forte que l’on ne peut qu’être très attachés à eux.

Après ce set, Fear Factory est attendu de pied ferme, quasiment 16 ans après son dernier passage au Splendid de Lille. Le groupe américain est loin de l’aura de cette époque, le Splendid complet en 1999 est ici bien rempli mais loin d’afficher complet, Burton C. Bell montrant des signes de fatigue vocale et surtout le groupe reste sur une série d’albums assez dispensables, le voyant se répéter sans innover.



Pour ce concert, alors qu’un nouvel album arrive bientôt, le groupe va nous proposer une sélection de titres piochant surtout dans ses débuts. Accompagné de leur nouveau bassiste Tony Campos, Fear Factory frappe fort en balançant trois titres d’"Obsolete". Avec ‘Shock’, ‘Edgecrusher’ et ‘Smasher/Devouer’, Fear Factory rend parfaitement hommage à cet album. Bell chante correctement les parties claires de ces morceaux et se déchaine sur les parties brutales, ‘Shock’ et son refrain monstrueux de puissance étant toujours un moment très fort en concert. A ses côtés, Dino Cazares assène riffs et soli en se montrant particulièrement motivé, arpentant la scène dans tout les sens.



Après ce début tonitruant le groupe propose un extrait de "Mechanize", ‘Powershifter’, sympathique mais qui peine à tenir la comparaison avec les premiers titres du concert. Puis il revient sur le controversé "Digimortal" avec ‘Linchpin’ et ‘Damaged’. Cet album plus faible n’a guère marqué les esprits et ces deux extraits, présentés dans des versions plus heavy que sur disques,  peinent à convaincre. Dans ce milieu de set, le groupe nous fait découvrir deux extraits de son futur album, "Genexus", le premier ‘Protomech’ est un peu trop classique du style du groupe et le deuxième, ‘Soul Hacker’ et son refrain très fort est nettement plus apprécié et laisse un bon espoir quant à la qualité de l’album. 



Dans ce cœur de concert, le groupe a la bonne idée de ressortir 'Archetype’ de l’album du même nom. Et ce morceau, le seul représentant l’époque où Dino Cazares avait déserté le combo, fonctionne parfaitement dans l’esprit industriel rageur propre à la formation. Enfin ‘What Will Become’ achève le retour sur "Digimortal", ce titre au très bon refrain restant l’extrait le plus convaincant de cet album.



Après ce milieu de concert parfois un peu plus faible Fear Factory va finir en force et en beauté. Il assène d’abord deux extraits de son fascinant premier album, "Soul Of A New Machine". Avec ‘Martyr’ et ‘Scapegoat’,  il nous rappelle à quel point en 1992 son death metal teinté d’indus était en avance sur son temps. Ces deux titres, à la fois brutaux et  complexes, font leur effet sur un public enfin déchainé et qui savoure ce moment d’histoire musicale. Enfin le groupe met à l’honneur sa pièce maitresse, "Demanufacture", avec trois extraits en guise clôture de ce concert.



Après avoir annoncé qu’il reviendrait en novembre en tournée le jouer dans son intégralité pour ses 20 ans, Fear Factory dégaine ‘Demanufacture’ et ‘Zero Signal’.  En nous replongeant dans cette époque, le groupe se met définitivement le public dans la poche. Certes, Burton éprouve quelques difficultés au chant, mais retrouver cette atmosphère de fin du monde, où l'on se sent plongé dans l’univers de Terminator, est un plaisir infini tant ces titres restent des pièces maitresses du metal industriel, et montrent qu'à cette époque, Fear Factory proposait un genre neuf qui allait faire nombre d'émules. Enfin ‘Replica’ achève en beauté et sous les vivats du public un concert court mais intense.



Fear Factory a prouvé qu’il avait encore de beaux restes, certes tout n’était pas parfait mais les grands moments du concert permettent de garder un excellent souvenir de cette soirée.  Il joue la carte de la sécurité en se reposant en grande partie sur son début de carrière, mais les nouveaux morceaux présentés et une forme vocale certaine de Burton C. Bell laissent espérer des jours heureux pour la formation américaine.

Ceci clôture une soirée très agréable avec un S.U.P. qui a incontestablement tiré son épingle du jeu, l’affluence à son stand le prouvant largement. Il nous reste à remercier l’organisation et l’équipe du Splendid pour cette belle soirée et pour proposer régulièrement des concerts de qualité.



Plus d'informations sur https://www.facebook.com/fearfactory
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 5077
  • 5078
  • 5079
  • 5080
  • 5081
  • 5082
  • 5083
  • 5084
  • 5085
  • 5086
  • 5087
  • 5088
  • 5089
  • 5090
  • 5091
  • 5092
  • 5093
  • 5094
  • 5095
  • 5096
  • 5097
  • 5098
  • 5099
  • 5100
Haut de page
EN RELATION AVEC FEAR FACTORY
DERNIERE CHRONIQUE
FEAR FACTORY: Aggression Continuum (2021)
4/5

Malgré un contexte bien peu favorable, Fear Factory propose un album de qualité fort honorable avec quelques très bons moments de thrash industriel de haute volée.
DERNIERE ACTUALITE
FEAR FACTORY : Nouveau morceau
 
AUTRES ARTICLES
THE LONG ESCAPE (10 JUILLET 2015)
"The Warning Signal" semble marquer un véritable tournant dans la carrière de The Long Escape, il n'en fallait pas davantage pour que Music Waves rencontre les membres du groupe pour en savoir plus...
SEYMINHOL (11 JUIN 2015)
De retour avec une adaptation metal de Hamlet, Seyminhol a des choses à dire et le fait savoir à Music Waves !
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022